Bayer terminera 2003 dans le rouge

 |  | 275 mots
Lecture 1 min.
Le grand ménage va coûter cher à Bayer. Un peu plus d'un mois après avoir annoncé qu'il allait se séparer de sa chimie (voir ci-contre), le groupe de Leverkusen a prévenu qu'il inscrira pour 2,2 milliards d'euros de charges pour dépréciation d'actifs dans ses comptes du quatrième trimestre 2003. Et ce sont bien les activités (chimie et polymères) dont le groupe a prévu la mise en Bourse avant 2005 qui lui coûteront le plus cher. "Dans les activités polymères et chimie, ces charges devraient se monter à environ 1,7 milliard d'euros", a précisé le groupe.Pour le reste, soit environ 500 millions d'euros, les provisions concerneront la division pharmacie, et plus particulièrement les participations dans DyStar et Curagen. Bien évidemment, ces charges vont avoir un impact significatif sur les comptes. "Bayer prévoit d'enregistrer une perte d'exploitation et une perte nette sur l'ensemble de 2003", a ajouté le groupe. Une contre-performance, comparé aux chiffres de 2002 qui avaient fait ressortir un bénéfice d'exploitation de 594 millions d'euros et un résultat net de 1,06 milliard d'euros.Pour autant les marchés ne réagissent pas trop violemment. Après un bref plongeon, l'action est revenue en territoire positif, gagnant 0,58% en fin de journée. Il est vrai que les investisseurs devaient s'attendre à ce type de mesure après l'annonce en novembre d'un revirement stratégique de taille. De surcroît, le groupe a certainement sauvé l'essentiel aux yeux de l'actionnaire. Cette charge ne change en rien la prévision d'une hausse à deux chiffres du résultat d'exploitation et "ne remet pas en cause le versement d'un dividende" pour 2003.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :