La folie des fusions est de retour !

 |  | 367 mots
Lecture 2 min.
Les journaux américains appellent cela les Monday Mergers, les fusions du lundi. Fignolées au cours du week end, pas moins de quatre fusions ont en effet été annoncées lundi dernier. Une méga fusion, d'abord, celle de Bank of American qui rachète Fleet Boston, pour près de 47 milliards de dollars, du jamais vu depuis 1998. Puis deux compagnies d'assurance maladie, Anthem, qui achète Well Point d'un côté, et UnitedHealth Group, qui acquiert Mid Atlantic Medical Services, de l'autre, étaient annoncées, et enfin, dans la soirée, RJ Reynolds a confirmé qu'il s'associait avec British American Tabacco pour regrouper les deux activités américaines de fabrique de cigarettes.D'autres opérations avaient déjà précédé les annonces de lundi dernier, puisque le mois d'octobre a connu une activité de Mergers and Acquisitions (M&A) s'élevant à un total de 103,1 milliards de dollars, selon les calculs de Thomson Financial et de USA Today. C'est le montant le plus élevé depuis juillet 2001, quand le total des M&A s'était élevé à 123 milliards de dollars. Et ce n'est sans doute pas fini ! Les banques devraient mener la danse, à mesure que les banques nationales continuent de chercher des partenariats avec des banques régionales afin d'étendre leurs activités à travers les Etats-Unis. Pour certains observateurs, les opérations à venir pourraient impliquer Banc One : ses bénéfices sont en hausse, son bilan est en béton, et son cours de bourse est à son plus haut niveau depuis 52 semaines.Les mêmes observateurs estiment que les cibles de rachat pourraient être de petits établissements comme Comerica, SunTrust, PNC ou encore KeyCorp. Dans la perspective de telles opérations, leur cours de bourse a grimpé dès lundi, d'ailleurs ! Autant d'acquisitions qui profiteront aux institutions arrangeant les opérations... Le bon temps semble donc revenu pour les institutions de Wall Street. Mais ce n'est pas tout. D'autres indicateurs font penser que les années d'avant la crise sont de retour : le moral des consommateurs est au beau fixe, les ventes de maison ont atteint des records. Et les entreprises commencent même à embaucher. Bref, les Américains pourraient presque oublier l'Irak...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :