Nokia prévoit un début d'année morose

 |  | 567 mots
Lecture 3 min.
Toujours indétrônable à sa place de numéro 1 mondial des combinés mobiles, Nokia a profité des fêtes de Noël pour accroître sa rentabilité, même si les ventes sont finalement dans le bas des prévisions. Le groupe publie pour la période octobre-décembre 2002 un bénéfice par action (BPA) de 0,26 euro, supérieur aux prévisions de décembre, qui allaient de 0,23 à 0,25 euro. Les ventes de fin d'année, à 8,8 milliards d'euros, se situent dans le bas de la fourchette des prévisions (8,8 à 9 milliards d'euros). En décembre dernier déjà, le groupe avait revu ses estimations à la baisse.Si les ventes ne sont pas aussi bonnes qu'attendu, l'équipementier a, pour compenser, accru sa rentabilité dans la division Mobiles, qui pèse 77% des ventes totales du groupe. La marge d'exploitation de la division s'est élevée à 24,7%, contre 22% au troisième trimestre, ce qui constitue une bonne surprise pour beaucoup d'analystes. Sur l'ensemble de l'exercice, les ventes accusent, comme précédemment annoncé, une baisse de 4% à 30 milliards d'euros, tandis que le bénéfice d'exploitation a augmenté de 3% à 5,4 milliards d'euros. La division Mobiles a généré un chiffre d'affaires annuel stable à 23 milliards d'euros. Sa marge d'exploitation est également en hausse sur l'ensemble de l'exercice puisqu'elle est passé de 20,1 à 22,8%. Le groupe a porté sa part de marché à 38% au niveau mondial fin 2002, avec un objectif à moyen terme de 40% du marché mondial. Nokia continue de souffrir de la division "Networks" (équipements pour réseau mobiles), pénalisée par la contraction des investissements des opérateurs. Son chiffre d'affaires a baissé de 13% à 6,5 milliards d'euros, tandis que son résultat opérationnel s'est contracté de 61% à 416 millions d'euros.En revanche, à l'instar d'autres grands équipementiers télécoms tels que Motorola (lire ci-contre), Nokia prévoit un premier trimestre 2003 assez morose. Lors d'une conférence téléphonique, le PDG Jorma Ollila a pointé du doigt un environnement incertain, renforcé par un conflit potentiel en Irak. Pour cette raison, sa prévision de chiffre d'affaires reste évasive: l'équipementier se contente de préciser qu'il attend une croissance de "0 à 9%" sur un an, pour sa branche mobile, qui a réalisé l'an passé un chiffre d'affaires de 7,01 milliards d'euros. Le bénéfice par action est attendu entre 0,15 et 0,19 euro par action, alors que l'an passé il était déjà de 0,19 euro par action.Pour 2003, concernant les ventes de mobiles, Nokia reste l'équipementier le plus optimiste du marché. Il réitère sa prévision de croissance de 10% par rapport à 2002. Selon le Finlandais, 445 millions de combinés devraient être écoulés. Le marché devrait donc rebondir plus fortement cette année après une légère hausse de 6,5% en 2002. L'an passé, Nokia souligne avoir dépassé les tendances du marché avec une croissance de ses ventes en unités de 9%, soit 152 millions de téléphones vendus.La division Networks continuera de souffrir de la conjoncture. Après une contraction mondiale du marché de 20%, les ventes d'équipements mobiles vont à nouveau baisser dans une fourchette de 5 à 10%, précise l'équipementier.A Helsinki, les investisseurs ont hésité toute la séance tandis que les propos tenus dans l'après-midi par Jorma Ollila ont fini par les décourager. Le titre, après avoir gagné plus de 2% en début de matinée, termine la journée baisse de 7,78% à 13,15 euros. A Paris, il perd 5,01% à 13,45 euros.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :