Microsoft revoit ses prévisions à la hausse

 |  | 623 mots
Microsoft se veut plus que jamais gage de stabilité dans le monde des logiciels. Le géant américain a ainsi annoncé un bénéfice net de 1,92 milliard de dollars pour le quatrième trimestre de son exercice, entre avril et juin dernier. Un chiffre en hausse de 26% par rapport à l'an passé à la même époque. Parallèlement, les ventes ont dépassé sur ce trimestre les 8 milliards de dollars. Sur un an, le chiffre d'affaires progresse de 11,2% sur un an à 8,07 milliards de dollars. Pourtant, le groupe de Bill Gates a dû passer une charge de 796 millions de dollars pour payer l'accord à l'amiable avec AOL Time Warner concernant le monopole d'Internet Explorer. Si on exclut cet élément exceptionnel, le bénéfice du quatrième trimestre se situe à 2,45 milliards de dollars, soit 23 cents par action. Un niveau légèrement inférieur aux consensus calculés par Reuters et par First Call qui prévoyaient un bénéfice par action de 24 cents. Reste que chacun semble se satisfaire de la solidité de Microsoft, en dépit de cette petite déception. "C'est un bon trimestre", a ainsi résumé à Reuters l'analyste de AG Edwards, Jason Kraft. Les observateurs se sont particulièrement réjouis des ventes du groupe. Le consensus sur le chiffre d'affaires de First Call n'était en effet que de 7,88 milliards de dollars. La surprise est venue principalement du bon comportement des ventes de logiciels de serveurs et du développement de la publicité sur MSN. Les logiciels de serveurs ont ainsi réalisé une hausse de leurs chiffres d'affaires de 17% sur un an. Une performance qui a surpris Charles di Bona, analyste chez Sanford Bernstein qui déclare à Reuters que la division Serveurs de Microsoft "fonctionne parfaitement bien dans un environnement faible". Par ailleurs, le portail de Microsoft MSN a vu son chiffre d'affaires progresser de 25% grâce à une hausse de 48% des recettes publicitaires. Prouvant une nouvelle fois qu'il souhaite devenir un pôle de stabilité pour les investisseurs, le groupe a fourni pour l'année à venir une série très complète de prévisions. L'effet du "plan de compensation" annoncé la semaine dernière a d'abord été chiffré. Ce plan prévoit d'attribuer des actions aux salariés à la place des stock-options dont ils disposaient jusqu'ici. Ce changement radical de stratégie devrait coûter au groupe 3,9 milliards de dollars sur l'ensemble de son année fiscale 2003-2004. Dès le prochain trimestre (de juillet à septembre), le coût devrait s'élever à 980 millions de dollars. Il reste que, en dépit de ces charges, le groupe a relevé ses prévisions de bénéfices. Sur l'année 2003-2004, le bénéfice par action (bpa) devrait ainsi être compris entre 1,09 et 1,11 dollar. En avril, il ne prévoyait qu'un bpa compris entre 1,04 et 1,06 dollar. Sur l'année 2002/2003, le bpa s'est situé à 1,04 dollar, en hausse de 24% sur un an. Du côté des ventes, là aussi, les prévisions ont été relevées. Désormais, sur l'anée 2003/2004, le groupe prévoit un chiffre d'affaires compris entre 34,2 et 34,9 milliards de dollars, soit 1 milliard de dollars de plus que la prévision du mois d'avril. Sur 2002/2003, le chiffre d'affaires s'est établi à 32,2 milliards de dollars, en hausse de 13,5%. Même si ces prévisions dénotent toujours un ralentissement notable de la croissance de l'activité (des ventes au mieux en hausse de 6% et un bpa en hausse au mieux de 7%), le groupe préfère insister sur la révision à la hausse de ses prévisions. Les investisseurs n'en ont pas été dupes. Le titre a perdu jeudi 3,02% à 26,69 dollars. Il s'est néanmoins repris ce vendredi puisqu'en milieu de journée, il progressant de 0,67% à 26,87 dollars.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :