Cable & Wireless pousse Graham Wallace dehors

 |  | 406 mots
Lecture 2 min.
Le titre Cable & Wireless s'adjuge 3,63% à 64 pence mardi après-midi, après avoir gagné plus de 10%. Les investisseurs ont choisi de se réjouir en apprenant que le directeur général du groupe Graham Wallace allait enfin quitter ses fonctions. Ce mouvement intervient seulement une dizaine de jours après la nomination d'un nouveau président Richard Lapthorne, considéré comme le futur redresseur de l'entreprise au bord de l'étranglement financier. Le titre, qui a perdu plus de 90% de sa valeur l'an passé, s'est repris de 45% depuis le 1er janvier.Graham Wallace est à l'origine de la création de la division C&W Global, l'activité de services aux entreprises et d'hébergement Internet, un foyer de pertes considérable qui ne s'est jamais relevé de la chute des Dotcoms. Rien qu'au premier semestre 2002 et malgré maints plans de réduction des coûts, la perte brute d'exploitation (Ebitda négatif) était de 113 millions de livres. Graham Wallace a tenté au cours de son mandat de surfer sur la vague Internet et a multiplié les acquisitions au plus haut de la bulle. Il a notamment repris en 2001 l'hébergeur de sites américain Exodus (580 millions de dollars en cash et 270 millions de reprise de dettes) et Digital Island (340 millions de dollars). En 2000, il avait acheté une dizaine de fournisseurs d'accès Internet européens pour 500 millions d'euros. Et en 1998, C&W s'était emparé de la branche Internet de MCI pour 1,47 milliard d'euros.Après des années de politique d'expansion à tout crin et en proie à une demande insuffisante, Cable & Wireless, vieille dame londonienne pourtant âgée de 131 ans, est presque parvenue à la faillite. Même si Graham Wallace a également tenté de restructurer le groupe, le dernier plan d'économies datant de novembre 2002 et portant sur la supression de 3.500 postes, les investisseurs souhaitaient son départ depuis longtemps. En attendant que son départ soit effectif, Graham Wallace devra mener à terme le programme de réduction des coûts annoncé fin 2002. Richard Lapthorne, le nouveau président du groupe, a également remanié le reste du conseil de direction, nommant un nouvel adjoint Rob Rowley, également à la tête de la direction financière. Deux personnes font leur entrée au conseil d'administration, avec effet immédiat: Tony Rice, un ancien de BAE Systems, Orange et Telewest qui présidera le comité d'audit, et Bernard Gray, un responsable de United Business Media.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :