Lagardère Médias se maintient dans un environnement difficile

 |  | 380 mots
Lecture 2 min.
Certes, pour le premier semestre, le groupe Lagardère SCA a enregistré une baisse de son chiffre d'affaires de 10,4% à 5,802 milliards d'euros par rapport à l'an passé. Mais entretemps, le groupe s'est défait de son activité automobile en déconsolidant Matra Automobile, qui a généré 550 millions d'euros de chiffre d'affaires au premier semestre 2002. Les ventes ont également pâti du recul de 3,9% du chiffre d'affaires d'EADS, dans lequel Lagardère détient 15,07%. Une baisse qui s'explique par les moindres commandes d'Airbus et l'affaiblissement du dollar.En regardant plus particulièrement les médias, le groupe résiste. Dans un contexte difficile pour les recettes publicitaires, le chiffre d'affaires de Lagardère Médias a globalement diminué de 1,1% sur les six premiers mois de l'année, à 3,861 milliards d'euros. Mais à périmètre et taux de change constants, le chiffre d'affaires progresse de 4,3%. Les analystes interrogés par Reuters tablaient sur une moyenne de 3,930 milliards d'euros de revenu. Hachette Filipacchi Médias, premier éditeur mondial de presse magazine, enregistre ainsi une "performance contrastée". Après avoir bénéficié d'une reprise relative du marché publicitaire aux Etats-Unis au premier trimestre, l'activité magazine a de nouveau fait les frais de l'attentisme des annonceurs, renforcé par le conflit irakien et les incertitudes quant à la reprise économique. Lagardère Active, de son côté, a réalisé une croissance interne de 6%, tirée principalement par la progression à deux chiffres des activités télévision, notamment gonflées par la production, les chaînes thématiques et par le bouquet CanalSatellite.Hachette Livre enregistre une croissance organique à deux chiffres de son chiffre d'affaires. De bonnes ventes en France et le succès de son activité "fascicules" en Europe sont à l'origine de ce résultat.Enfin, Lagardère Distribution Services, à travers ses enseignes Relay et Virgin, souffre d'un contexte très difficile, notamment dans la vente au détail sur les lieux de transport, mais continue d'étendre son réseau en Europe de l'Est et en France. La division affiche finalement une croissance interne de 4% pour le premier semestre.Pour l'ensemble de 2003, Lagardère Médias maintient ses prévisions de croissance du résultat d'exploitation, qui ne devraient pas être inférieure à 5%. A Paris, le titre clôture en progression de 1,29% à 39,36 euros.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :