Un entretien avec Nicolas Blandin, responsable du développement

 |  | 1061 mots
Lecture 5 min.
Yves Sassi : Vous dirigez le développement de Dale Carnegie en France. Quel est le profil des candidats que vous recherchez ?Nicolas Blandin : Nous recherchons des candidats qui ont envie de s'appuyer sur 90 ans d'expérience... En réalité, il n'y a pas de profil stéréotypé. Le franchisé doit pouvoir gérer un centre de profits. C'est un gestionnaire et un manager capable d'associer la gestion aux services dus à ses clients. Je rappelle que le franchisé peut intervenir en tant que formateur puisqu'il reçoit une formation par les équipes Dale Carnegie. Cette formation est non seulement destinée à l'intégrer dans le groupe, mais aussi à lui transmettre les compétences nécessaires à la formation. Mais nous ne recherchons pas des profils de formateurs. J'ajoute quand même que notre candidat doit disposer d'un minimum de 40.000 €. Il ne faut pas oublier, dans ce type de secteur d'activité qu'outre le financement des frais d'installation, il faut disposer d'un fonds de roulement suffisant pour attendre les premiers encaissements. Comment s'organise la montée en puissance d'un centre ?Nous avons mis en place un certain nombre d'outils qui permettent de définir l'organisation d'un centre et de ses équipes afin qu'il atteigne les objectifs prévus. Dans un premier temps, il est possible que le lancement se fasse en structure "légère", c'est-à-dire un démarrage d'activité sans avoir de local. Son rôle sera essentiellement de la prospection commercial. Petit à petit il organisera son activité en fonction des résultats et de son développement. Notre objectif est de viabiliser les coûts. En général, le démarrage se fait avec une équipe de deux personnes. Le manager s'occupe du développement et de la stratégie. C'est lui qui pilote l'entreprise. Il est accompagné par un commercial, formé à la vente par nos services. Le process de formation vient de Dale Carnegie. Inutile de vous dire combien la méthode est efficace. Les formateurs sont des "Master Trainer" qui viennent des Etats-Unis. Le groupe est organisé de telle façon qu'ils interviennent non seulement aux USA, mais aussi partout dans le monde. Tous nos partenaires reçoivent la même formation. C'est ce qui a fait la renommée du groupe. Il n'y a pas une entreprise en France qui ne connaisse Dale Carnegie. Si vous discutez avec des dirigeants, il n'est pas rare qu'ils vous disent avoir suivi une formation Carnegie. La méthode est si performante que toutes nos formations sont certifiées ISO 9001. Et les stages que nous organisons, dans chacun de nos centres est réalisé également avec cette certification.Comment avez-vous réparti le territoire ? La formation est un métier qu'il est difficile de sectoriser sur le plan géographique.Nos franchisés bénéficient bien entendu d'une exclusivité territoriale d'implantation. Selon les villes où ils se situent, leur secteur est plus ou moins important. Mais nous pensons qu'il est primordial de ne pas diviser les villes en secteurs. Il est indispensable d'avoir une cohérence locale. Chaque secteur est divisé en zones non découpables. Lyon par exemple représente 3 zones. Un seul franchisé les gérera. Concernant la gestion des grands comptes, c'est le franchisé ayant le siège social sur sa zone qui en est le gestionnaire. Ceci afin d'éviter tout problème pour les groupes disposant de bureaux répartis sur tout le territoire et permets au client d'avoir un interlocuteur unique.Quels sont vos objectifs de développement ?Aujourd'hui, nous avons 7 sites dont Strasbourg, Orléans, Nantes et Lille qui ouvriront en septembre. Ensuite, nous avons défini des villes prioritaires comme Lyon, Bordeaux, Nice, Montpellier, Grenoble... Bien entendu, nous n'excluons pas les autres villes dans notre programme de développement, mais cela dépendra des opportunités. Quant à vous dire combien de sites nous ouvrirons, ce n'est pas un critère de réussite pour notre groupe. Ce qui compte, c'est que tous les franchisés réalisent les objectifs que nous nous fixons. Un franchisé doit réaliser entre 300.000 et 380.000 € en année 1, avec deux personnes. Ensuite, notre rôle de franchiseur est de leur faciliter la montée en puissance. Je précise que le découpage territorial est fait de telle façon que chaque centre doit être capable d'atteindre les mêmes objectifs. C'est pour cette raison que nous raisonnons en terme de Business Unit et non par secteur géographique. Puisque nous parlons de développement, j'ajoute que le marché du particulier est en pleine croissance, ce qui se comprend bien, puisqu'en période difficile, les cadres se doivent d'être plus performants. Et de plus en plus, notamment à Paris, nous avons des demandes qui émanent de cadres qui ont besoin de valoriser leurs connaissances et leur compétence. C'est également un facteur de développement des centres que nous implantons.Qui sont les clients de votre enseigne ?Toute personne qui cherche à améliorer ses performances. Nous couvrons à la fois l'entreprise et le particulier. Et en terme de secteur d'activité, c'est assez large. L'objectif est de déployer des solutions pour muscler des équipes. Nous pouvons intégrer 1 personne en inter entreprise ou proposer des solutions intra entreprises à partir de 8 personnes. Je précise... chaque stage est réalisé en fonction des spécificités et des problématiques de l'entreprise.Pour terminer, pouvez vous nous parler en quelques mots des stages dispensés par Dale Carnegie auprès de ses clients ?Ils sont essentiellement basés sur le développement personnel. Les stagiaires sont en général de bons professionnels. Ce qu'ils viennent chercher chez nous, ce sont des outils et techniques pour valoriser leur savoir-faire. Mieux communiquer, mieux vendre , mieux convaincre, être des leaders, des gens qui seront écoutés, qui sauront convaincre... séduire même ! Notre méthode est très pragmatique. Un stage est composé de 15 % de théorie et 85 % de pratique. Pour les stages de vente et management, nous donnons des outils, des techniques aux stagiaires. Ensuite, nous les mettons en situation devant un auditoire. Rien ne remplace la pratique. Concernant les stages axés sur le développement personnel, le leadership, il s'agit de permettre aux stagiaires de gagner en confiance, en crédibilité. Nous les formons à mieux s'exprimer en public en utilisant des méthodes particulièrement éprouvées.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :