Atos Origin rachète les activités informatiques de Schlumberger

 |  | 393 mots
Lecture 2 min.
Les opérations d'envergure reprennent dans les TMT. Après l'annonce du rachat de Transiciel par Cap Gemini, c'est la SSII Atos Origin qui a indiqué ce lundi avoir engagé le rachat des activités informatiques de Schlumberger, SchlumbergerSema. L'opération devrait être finalisée en janvier 2004 et sera payée en actions et en liquide. Atos devrait ainsi verser 400 millions d'euros en espèces et remettre 28,9% de son capital à Schlumberger. A l'issue de l'opération, la société de services pétroliers indique qu'elle devrait passer à 19% du capital d'Atos. C'est donc une toute nouvelle société qui va naître de cette opération importante. Avec un chiffre d'affaires annuel de 5 milliards d'euros, un effectif de 50.000 personnes et une présence dans 50 pays, Atos Origin s'affiche désormais clairement comme un des principaux leaders mondiaux du métier des services informatiques. Géographiquement, le nouveau groupe est un mastodonte en Europe, notamment au Royaume-Uni, et dispose désormais d'une bonne implantation aux Amériques et en Asie. Par ailleurs, l'opération s'accompagne d'un contrat d'externalisation avec Schlumberger pour un montant de 700 millions d'euros.Le président d'Atos Origin, Bernard Bourigeaud, souligne les "nouvelles opportunités de synergies de croissance et de coûts" offertes à son groupe par cette opération. Dans son communiqué, la SSII entend d'ailleurs "mettre en place le projet de fusion rapidement". Un projet qui prévoit une économie de 200 millions d'euros en deux ans. Pour financer le coût de cette fusion, Atos Origin annonce d'ailleurs avoir obtenu un crédit syndiqué de 900 millions d'euros. Mais la société souligne que son objectif est de réduire son endettement net de 750 millions d'euros. Sans pour autant donner de date à ce sujet.Cette opération était connue depuis le 19 septembre dernier. Le comité d'entreprise de Schlumberger avait été informé de cette cession. Mais des informations de presse avaient déjà filtré depuis une semaine. Les modalités précises restaient cependant incertaines. Désormais, les opérateurs vont s'intéresser à la cession (ou à la mise sur le marché, lire ci-contre) par Atos des "activités non stratégiques" de SchlumbergerSema. Des cessions qui, selon le groupe, devraient intervenir "d'ici 12 à 18 mois" et rapporter "au moins 500 millions d'euros". A Paris, les investisseurs ont salué ces perspectives et le titre a bondi lundi de 6,29% à 51,55 euros, soit la plus forte hausse du SRD.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :