Electrolux fait mieux que prévu, mais s'inquiète de l'avenir

 |  | 431 mots
Le premier fabricant mondial de produits électroménagers, le suédois Electrolux, continue de faire preuve d'une extrême prudence. Le groupe a pourtant présenté ce jeudi des résultats supérieurs aux attentes des analystes. Le bénéfice net recule ainsi de 13% à 1,61 milliard de couronnes suédoises (175 millions d'euros) sur un an. Le bénéfice imposable atteint 2,33 milliards de couronnes (253 millions d'euros), soit une baisse de 15,4% sur un an. Mais les analystes attendaient en moyenne 2,24 milliards de couronnes.Reste que le groupe se garde bien de tout triomphalisme. Il est vrai que la faiblesse de la consommation de biens durables en Europe et aux Etats-Unis rend l'environnement d'Electrolux bien difficile. Sur un an, les ventes du deuxième trimestre ont reculé de 10,5% à 33,31 milliards de couronnes ( 3,62 milliards d'euros). Ce trimestre est pourtant traditionnellement le plus solide de l'année. Alors que les marchés américains et européens sont moroses, le groupe a été touché de plein fouet par le ralentissement de l'activité en Amérique latine, notamment au Brésil. Le groupe suédois, qui produit notamment les appareils de marque Frigidaire et Arthur Martin, doit donc sa bonne résistance à sa politique de réduction de coûts et de désinvestissement. Sur l'ensemble du premier semestre, le total des économies réalisées s'élève à 1,3 milliards de couronnes (141 millions d'euros). Le groupe a par ailleurs signé au début du mois de juillet un accord pour la vente de l'activité compresseur qui compte 4.100 employés et réalise 2,8 milliards de couronnes de chiffre d'affaires. Mais cette politique ne pourra éternellement pas permettre de faire face à une demande bien timide. Le groupe prévoit ainsi en Europe occidentale et aux Etats-Unis une demande "égale ou légèrement supérieure" à celle de 2002 sur l'ensemble de l'année. Par manque de relais de croissance fort, le groupe a indiqué dans un communiqué "que le bénéfice opérationnel chuterait sans doute sur l'ensemble de l'année 2003". D'autant que la baisse du dollar et de la livre devant la monnaie suédoise ne sera pas sans impact. Sur le deuxième trimestre, le résultat opérationnel a reculé de 600 millions de couronnes (65 millions d'euros) en raison des effets de change. Pour autant, le titre a terminé en hausse de 3,50% jeudi à Stockholm à 177,50 couronnes. Il est vrai que les opérateurs qui avait misé beaucoup sur Electrolux sont confortés. Le titre avait en effet gagné 20% depuis début mai, alors que l'indice de la bourse de Stockholm a progressé dans le même temps de 13%.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :