Zodiac maintient le cap

 |  | 331 mots
Lecture 2 min.
Zodiac continue à souffrir du dollar faible. Au 31 mars dernier, l'équipementier aéronautique affiche un recul de 4% de ses ventes sur les neuf premiers mois de son exercice 2002/2003, à 1,09 milliard d'euros. A taux de change et périmètre constants, les ventes restent quasi-stables, en baisse de 0,1%. Un résultat "proche des objectifs", selon le groupe.Dans son secteur de prédilection, l'aéronautique (73% des ventes), le groupe affiche une baisse de ses ventes de 3,9%. Mais à taux de change et à périmètre constants, cette branche voit ses ventes progresser de 1,3%. C'est dire que l'activité de Zodiac, dans un secteur pourtant touché de plein fouet par la récession, s'est bien comportée. On notera notamment la hausse des ventes dans la division Aircraft Systems (+1,8% et +7,3% à taux de change constants). Selon le groupe, "les secteurs systèmes carburant, calculateurs embarqués et l'après-vente" ont soutenu l'activité. Zodiac souligne également que la bonne tenue des ventes dans le domaine militaire a permis de compenser les pertes dans le domaine civil. Reste que la branche Airline Equipement a particulièrement souffert des difficultés des compagnies aériennes : les ventes y ont reculé de 13,5%.Dans les autres activités du groupe, la branche Marine voit ses ventes reculer de 3,3% à 223 millions d'euros, mais à taux de change équivalents, les ventes progressent de 3,3%. "Cette évolution est conforme", précise Zodiac qui souligne le bon comportement des ventes dans le secteur militaire aux Etats-Unis. Quant à la branche Technology, qui regroupe des activités de téléphonie embarquée ou d'Airbag, la situation reste difficile. Les ventes ont baissé de 6,6% à 131 millions d'euros. A taux de change constants, cette baisse s'accentue et passe à 13,5%. Un retard qui, d'après le communiqué de Zodiac, ne devrait "qu'être partiellement rattrapé sur le quatrième trimestre de l'exercice". Malgré tout, les opérateurs ont été rassurés par la bonne résistance du groupe dans les difficultés actuelles du secteur. En clôture, le titre affichait une hausse de 3,93% à 21,67 euros.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :