Surenchère pour le contrôle de Sophia

 |  | 438 mots
C'est peut-être la première bataille boursière depuis fort longtemps sur la place de Paris. Lundi matin, GE Real Estate Investissement, le fonds d'investissement immobilier de General Electric, a annoncé qu'il déposait une contre-offre publique d'achat sur la foncière Sophia. Jusqu'ici, Sophia était promise à la Société Foncière Lyonnaise (SFL) qui avait lancé une OPA/OPE. Cette offre devait d'ailleurs s'ouvrir ce lundi. GE Real Estate propose, selon le Conseil des Marchés Financiers (CMF), un prix de 41 euros par action jouissance au 1er janvier 2003 et un prix de 39,45 euros par action jouissance au 1er janvier 2004. Le groupe américain indique également que les obligations convertibles Sophia venant à échéance le 1er janvier 2004 seront reprises à 60,36 euros l'unité. De son côté, la SFL propose soit un prix unitaire de 38,5 euros par action, soit 5 actions nouvelles SFL contre 4 actions Sophia. Concernant les convertibles, Sophia propose un prix de 58,91 euros. GE Real Estate précise, dans son communiqué, qu'elle ne donnera pas suite à cette offre "si elle ne détient pas, à l'issue de celle-ci, la majorité du capital et des droits de vote". Il ajoute que l'intention de cette offre est "amicale" et "espère que le Conseil d'administration de Sophia et ses actionnaires principaux recommanderont cette offre". Selon ce groupe, le dépôt de cette offre était conditionnée au dépôt d'une autre OPA. Dans le cas où GE obtiendrait au moins 95% des actions, un retrait de la cote pourrait être décidé.Après l'annonce de cette surenchère, l'action Sophia a été suspendue et n'était donc pas cotée lundi. L'issue de la bataille dépend évidemment du choix des deux actionnaires de référence de Sophia, la Société Générale et les AGF, tous deux détenteurs de 27% du capital de la foncière. Le président de GE Real Estate Europe, Olivier Piani a d'ailleurs précisé qu'il n'avait pas "dans l'immédiat d'acord" de ces deux actionnaires.Du côté de Sophia, à l'issue d'un conseil d'administration tenu lundi après-midi, un communiqué a été publié, affirmant que la contre-offre de GE Real Estate "doit être considérée avec le plus grand intérêt". Selon le président de GE Real Estate Europe, la probabilité d'une surenchère de SFL est "faible". Il est vrai que GE Real Estate a mis la barre haut avec une offre plus attirante et en cash. Les marchés ont cependant bien accueilli cette contre-offre concernant la SFL. Il est vrai que l'offre mixte diluait le titre. Ce dernier gagnait donc en clôture 2,98% à 31,77 euros.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :