Commerce One arrive en bout de course

 |  | 340 mots
Lecture 2 min.
Qui se souvient encore de Commerce One? Pourtant, cette entreprise cotée au Nasdaq a fait partie des étoiles montantes de la Nouvelle Economie. Introduite en Bourse en juillet 1999, au plus fort de la bulle, Commerce One, spécialisée dans l'édition de logiciels BtoB, faisait partie des valeurs sûres. A l'époque, l'e-procurement, c'est-à-dire le commerce inter-entreprises, était l'un de ses innombrables eldorados, à la fois pour les fournisseurs de solutions et pour les entreprises clientes. Bien sûr, concurrence féroce et crise du secteur informatique ont ramené Commerce One a des réalités bien plus rudes. Comme d'autres entreprises technologiques, la société a enchainé trois ans de restructuration, sans jamais pouvoir s'en sortir. Aujourd'hui, Commerce One semble être arrivé en bout de course. A l'occasion de la publication de ses résultats trimestriels, le groupe a affirmé avoir confié à une banque la mission de trouver des solutions. Plusieurs alternatives sont actuellement à l'étude, y compris la vente partielle ou totale des actifs, admet Commerce One.Il faut dire que sur le dernier trimestre, le chiffre d'affaires a péniblement atteint 5,7 millions de dollars, soit une baisse de 78% en un an. Il est loin le temps où la société, grâce à un partenariat avec SAP, réalisait entre 150 et 200 millions de dollars de revenu par trimestre. Ses effectifs ont évidemment fondu, au point que Commerce One a la taille d'une petite PME, après avoir employé environ 1600 personnes. Dernièrement, le nombre de salariés est passé sous la barre des 200 personnes, après la suppression de 80 postes. Depuis sa création 1996, Commerce One n'a jamais été bénéficiaire. Son parcours en Bourse est également exemplaire. Introduite sur le marché des valeurs stars en 1999 à 21 dollars le titre, son cours est monté jusqu'à 1.000 dollars le titre. Pour faire face à la demande frénétique des investisseurs, la société a même multiplié par 5 le nombre d'actions sur le marché. Le titre reculait jeudi soir lors des échanges hors séance de 2,11% à 2,32 dollars.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :