Nexans va rester dans le rouge en 2003

 |  | 352 mots
Lecture 2 min.
Le retour à l'équilibre de Nexans ne sera finalement pas pour cette année. Contrairement à ce qu'il avait annoncé en janvier et confirmé en avril (voir ci-contre), le spécialiste des sytèmes de câblages s'attend désormais à enregister une nouvelle perte en 2003. C'est ce qu'a expliqué jeudi le président du groupe, Gérard Hauser, devant ses actionnaires. Pourtant, après l'annonce du déficit de 40 millions d'euros accusé en 2002, le groupe s'était montré un peu plus confiant pour 2003. Mais depuis, les conditions de marché se sont encore dégradées. "La conjoncture économique va continuer à se détériorer au deuxième trimestre au-delà de ce que nous avions constaté au premier trimestre et nous ne prévoyons pas d'amélioration de nos marchés d'ici la fin de l'année", précise un communiqué.Dans ces conditions, le chiffre d'affaires devrait être inférieur aux 4,096 milliards d'euros de l'an passé et "nous pensons maintenir un taux de rentabilité opérationnelle voisin de celui de 2002 mais notre résultat net, bien qu'en progression par rapport à l'an passé, devrait rester négatif", ajoute la note.Le premier semestre pourrait déjà donner un aperçu de ce que sera l'année entière. Le chiffre d'affaires est attendu par le groupe à 1,9 milliard d'euros (contre 2,23 milliards un an plus tôt) et le résultat opérationnel sera moins élevé que les 24 millions dégagés à fin juin 2002.Histoire de ne pas trop alarmer les marchés, Nexans a tout de même tenu à préciser dans son communiqué qu'il maintenait l'ensemble de ses autres objectifs, à savoir "retour à un niveau proche de l'équilibre de ses activités Télécoms, baisse continue des frais fixes, maintien de l'enveloppe globale des coûts de restructurations à 130 millions d'euros, capacité à générer du cash et réduction de l'endettement".Toutefois, cela pèse bien peu aux yeux des investisseurs. Et c'est bien la déception concernant les prévisions de résultat net qui l'emporte. En fin d'après-midi vendredi, le titre recule de 3,17%, à 15,59 euros, après avoir cédé jusqu'à 8,38%.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :