Bonne progression de la rentabilité opérationnelle de France Télécom

 |  | 602 mots
Lecture 3 min.
France Télécom se défend bien. L'opérateur historique hexagonal a annoncé un chiffre d'affaires trimestriel en baisse de 2,7% sur un an, à 11,97 milliards d'euros. Ce chiffre est cependant affecté par des variations de périmètres, notamment les cessions de TDF et de Casema. En données comparables, les ventes de France Télécom affichent une progression de 3,3%. Sur neuf mois, la hausse annuelle des ventes est de 0,2% (3,3% en données comparables), à 34,5 milliards d'euros. Un chiffre parfaitement en ligne avec le consensus des analystes réalisé par Reuters. Il faut pourtant mettre un bémol au maintien des ventes du groupe. La croissance des ventes pro forma est en effet soutenue par Orange et Wanadoo. Le fournisseur d'accès Internet, qui a dévoilé mardi son chiffre d'affaires, affiche une hausse de 24,1% en données comparables de ses ventes (lire ci-contre). De même, Orange connaît une belle progression de ses ventes (+9,7% à 4,2 milliards d'euros), soutenue principalement par le développement hors France et Royaume-Uni (+23,1% à 1,1 milliards d'euros). Le groupe précise que les progressions les plus significatives des ventes ont lieu en Roumaine, en Slovaquie et en Egypte. En France, Orange résiste pourtant bien avec une progression annuelle de 4,4% de sa base clients à 19,6 millions, et une hausse d'un euro du revenu par utilisateur (ARPU) à 377 euros. En revanche, le fixe confirme sa position délicate. Les ventes françaises de téléphonie fixe reculent de 2,7% à 3,37 milliards d'euros. De même, le chiffre d'affaires de la téléphonie fixe hors de France glisse de 6,2% à 1,16 milliard d'euros. Le groupe se veut pourtant rassurant en indiquant que la baisse des parts de marché en local "ralenti". Selon France Télécom, sa part de marché en téléphonie fixe locale était de 76,7% en septembre, soit 1,1 point de moins qu'en juin. Mais entre mars et juin, la baisse de la part de marché était de 1,3 point et entre janvier et mars de 1,8 point. Sur le trafic longue distance, France Télécom voit sa part de marché reculer de 0,4 point au cours du troisième trimestre. Reste que le groupe entend rassurer en donnant des précisions sur le degré d'avancement de son programme de restructuration TOP. Le groupe indique ainsi que les résultats "obtenus dans le cadre de TOP sont supérieurs aux objectifs". Pour preuve, le résultat d'exploitation avant amortissement des immobilisations (équivalent de l'Ebitda) est en hausse de 8,9% sur un an au cours du troisième trimestre à 4,7 milliards d'euros. En données pro forma, cette hausse est de 15,7%. De même, le résultat d'exploitation trimestriel progresse sur un an de 27,1% à 2,8 milliards d'euros. En données pro forma, cette hausse est de 33,4%. Des chiffres impressionnants, donc qui permettent au groupe de confirmer son objectif de dégager un flux de liquidités disponible de 4 milliards d'euros pour 2003. Mais surtout le groupe relève sa prévision d'Ebitda pour 2003 à "plus de 17 milliards d'euros". Précédemment, le groupe s'attendait à un Ebitda de 16,8 milliards d'euros.A Paris, le titre France Télécom a perdu mercredi 2,39% à 21,26 euros, tandis qu'Orange est resté suspendu toute la journée (voir ci-dessous).Offre de retrait des actions OrangeLes banques conseil de France Télécom ont déposé un projet d'offre publique de retrait suivie d'un retrait obligatoire visant les actions Orange que l'opérateur ne détient pas encore. Suite à l'OPE lancée sur sa filiale, France Télécom détient actuellement 98,78% du capitale et des droits de vote. Le groupe offre 9,50 euros par action restante. Al'issue de l'opération, les actions Orange seront retirées de la cote.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :