PeopleSoft et JD Edwards ajustent leur accord pour se marier plus vite

 |  | 445 mots
Lecture 2 min.
Séduire pour s'unir au plus vite: telle est bien l'intention de PeopleSoft et de JD Edwards, qui ont annoncé lundi avant l'ouverture des marchés américains une modification de leur projet de rapprochement. Afin de contrer l'OPA hostile d'Oracle lancée il y a dix jours, PeopleSoft a quelque peu modifié les termes financiers de l'offre de reprise de son concurrent JD Edwards, et propose désormais de régler une partie de la transaction en cash et non plus uniquement en titres.PeopleSoft est donc prêt à débourser 863 millions de dollars en numéraire auprès des actionnaires de JD Edwards, le reste devant toujours être réglé en actions nouvelles. Le tout valorise l'opération 1,75 milliard de dollars, selon les cours de clôture de vendredi. PeopleSoft propose de payer chaque titre JD Edwards 14,33 dollars. La première offre valorisait, lors de son annonce, chaque titre de sa proie 14,09 dollars, pour un montant total de 1,7 milliard de dollars.PeopleSoft a ainsi l'intention d'émettre 52,6 millions de nouvelles actions. Si le groupe parvient à conclure la transaction, les actionnaires de JD Edwards possèderont 14% de PeopleSoft, contre 25% dans la première proposition. Le numéro trois du marché des progiciels compte boucler l'affaire au plus vite, c'est-à-dire au troisième trimestre, et non plus "à la fin du troisième ou au quatrième trimestre", comme cela était précisé dans le premier communiqué. Autre argument qui pèsera dans la décision des actionnaires: la création de valeur issue de la fusion. PeopleSoft s'emploie à démontrer qu'un mariage avec JD Edwards, qui le propulserait à la deuxième place du marché derrière SAP mais devant Oracle, est la meilleure des solutions. Pour preuve, l'éditeur d'ERP a mis en avant le montant des synergies, estimé entre 150 et 200 millions de dollars dès 2004. Dès l'an prochain, l'opération doit contribuer aux bénéfices du nouveau groupe.Le temps presse. Oracle, qui veut barrer la route à PeopleSoft, a lancé une OPA hostile sur ce dernier il y a dix jours. Reste à connaître les véritables intentions du groupe présidé par Larry Ellison. Si son désir est de reprendre PeopleSoft, il faudra qu'il revoie à la hausse sa première offre. Celle-ci est en effet jugée ridiculement basse par les investisseurs. Oracle offre 16 dollars par action PeopleSoft. Or, depuis l'annonce d'Oracle, le titre s'est maintenu largement au dessus de ce niveau, atteignant presque les 19 dollars en séance. Il est redescendu depuis mais le cours reste encore supérieur à 16 dollars. A New York, PeopleSoft a perdu 1% à 16,75 dollars lundi soir, JD Edwards bondissant de 5,53% à 13,75 dollars et Oracle gagnant 1,26% à 13,65 dollars.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :