Belgacom précise ses dates d'entrée en Bourse

 |  | 373 mots
Lecture 2 min.
L'introduction en Bourse de Belgacom, dernier opérateur européen à ne pas être coté sur les marchés financiers, pourrait intervenir rapidement. Le conseil d'administration du groupe a fixé à mars prochain son entrée sur le marché, voire plus tôt. "Cela pourrait même être à la fin du mois de février", a déclaré à la Libre Belgique Raphaël Pollet, membre du conseil. Si jamais l'échéance se révèle trop courte, "il y a une deuxième fenêtre entre juillet 2004 et juin 2005", a-t-il précisé. Mais la période printemps-été 2004 paraît peu propice à ce genre d'opération en raison de la tenue des élections régionales prévue pour juin, d'après l'administrateur.Ces déclarations de la part d'un administrateur entré au sein du conseil la semaine dernière ont laissé de marbre la direction de Belgacom qui selon un porte-parole s'en est tenue à son précédent calendrier. Le projet d'introduction est toujours prévu pour "2004, en fonction des conditions de marché". Belgacom a annoncé au début du mois son intention de s'introduire sur les marchés financiers, sous la pression de ses actionnaires minoritaires. Car dans le paysage des télécoms européennes, Belgacom vit une situation particulière. Son actionnaire majoritaire, l'Etat belge, avait été le seul à faire le choix d'une ouverture du capital à des investisseurs privés, sans faire appel au marché. Actuellement, il détient 50% du capital plus une voix, tandis que le reste appartient notamment au singapourien SingTel, au danois TDC et à l'Américain SBC, réunis dans un consortium baptisé ADSB. Entrés dans la société en 1996, ces derniers ont expliqué par la voix d'un porte-parole qu'ils avaient "d'autres priorités d'investissement en Europe", et donc qu'ils souhaitaient sortir du capital de l'opérateur.La société est évaluée entre 10 et 12 milliards d'euros et l'opération va conduire Belgacom à s'endetter. D'abord parce que le groupe doit débourser 1,4 milliard d'euros pour refinancer ses fonds de pension, ainsi que l'a exigé le gouvernement. Ce dernier reprendra ensuite le fonds d'un montant de 5 milliards d'euros, afin de préserver le titre de la volatilité. Ensuite parce que Belgacom souhaite acquérir 10% de ses propres actions.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :