Oracle lance une OPA surprise sur PeopleSoft

 |  | 477 mots
Lecture 2 min.
Nouveau rebondissement dans le monde du progiciel d'entreprises. Oracle a lancé vendredi une offre de reprise sur son concurrent PeopleSoft. Montant de l'opération: 5,1 milliards de dollars. Car Oracle ne craint pas de mettre la main au porte-monnaie pour accroître sa compétitivité. Pour l'heure, il offre 16 dollars par action PeopleSoft, soit une prime de 6% sur le cours de clôture de jeudi soir. PeopleSoft, qui n'était pas au courant des projets d'Oracle, a refusé de commenter cette offre publique d'achat (OPA).L'offre d'Oracle intervient quelques jours à peine après l'annonce d'une autre opération de fusion d'envergure. PeopleSoft a en effet annoncé son intention d'acquérir un troisième éditeur d'ERP, JD Edwards, pour 1,7 milliard de dollars. Une opération censée le hisser à la deuxième place mondiale du marché, juste derrière SAP (lire ci-contre) et devant Oracle. Mais dans l'hypothèse d'une reprise de PeopleSoft par Oracle, ce dernier a affirmé que le projet de rachat de JD Edwards serait réexaminé.Pour qu'elle réussisse, l'OPA d'Oracle sur PeopleSoft doit surtout recevoir l'accord des autorités antitrust. Sinon, l'offre d'Oracle est ferme et n'est soumise à aucune condition de due diligence ou de financement. Dans un premier temps, le PDG d'Oracle, Larry Ellison, souhaite surtout "discuter de l'offre avec le conseil d'administration" de PeopleSoft. Un analyste d'AMR Research estime à 50/50 les chances du projet d'aboutir, tandis que les dirigeants d'Oracle veulent boucler l'affaire au plus vite, c'est-à-dire d'ici juillet. En tout cas, l'acquisition devrait être relutive dès le premier trimestre d'intégration des deux sociétés.En reprenant PeopleSoft, Oracle devrait regagner une partie du terrain perdu face au numéro un mondial du logiciel d'entreprises, SAP, qui est loin devant ses concurrents avec un chiffre d'affaires annuel supérieur à 7 milliards de dollars. Le rachat de PeopleSoft permettrait aussi à Oracle de se faire un nom dans le monde du progiciel fonctionnel. Car malgré ses efforts, le groupe n'a jamais réussi à acquérir une réputation sur ce terrain, étant vu par les entreprises comme concepteur de bases de données, un segment sur lequel il occupe la première place mondiale. En tout cas, l'annonce fait passer les pré-résultats d'Oracle au second plan. L'éditeur informatique a indiqué qu'il attendait un bénéfice par action pour le dernier trimestre de son exercice 2002/2003 entre 14 et 15 cents par action, des chiffres supérieurs ou égaux au consensus First Call, établi à 14 cents par titre.Si les mouvements de concentration se multiplient dans le logiciel d'entreprises, c'est que les acteurs n'ont pas vraiment le choix. En effet, l'heure est à la restriction de budget dans les entreprises et les éditeurs voient se raréfier la clientèle grands comptes. L'offre d'Oracle faisait bondir le titre PeopleSoft en fin de matinée vendredi à New York de 22,50% à 18,51 dollars. Oracle reculait de 1,72% à 13,13 dollars.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :