Un entretien avec John Goodhart, président-directeur général de Fastway

 |  | 556 mots
Lecture 3 min.
Yves Sassi : Vous avez lancé votre programme de recrutement au cours de l'année 2002. Où en êtes vous aujourd'hui ?John Goodhart : Cela fait environ 18 mois que nous préparons ce lancement. Un énorme travail de préparation a été nécessaire pour que les normes d'origine soient adaptées à la France. Aujourd'hui Fastway France dispose d'une équipe de neuf personnes opérationnelles qui sont au service de nos nouveaux partenaires. Nous avons signé des contrats de Master Franchise pour 12 régions et 3 ou 4 sont en cours de formalisation. En fait, nous tenons les objectifs que nous nous étions imposés, puisqu'en fin d'année, une trentaine de territoires seront pourvus. Je pense que fin 2004, nous aurons couvert l'ensemble du territoire, soit une cinquantaine de régions.Comment se passe la mise en route d'une implantation ?Notre équipe est très présente sur le terrain. Cela fait partie de la philosophie du groupe. L'objectif est de permettre à chaque franchisé de démarrer en toute sécurité. D'ailleurs, nous garantissons à chacun un chiffre d'affaires minimum sur une période de 20 semaines afin que le courrier franchisé puisse réellement se consacrer à son travail. Si le franchisé n'a pas réalisé une moyenne de 2.000 euros par semaine, sur une période de 4 semaine (renouvelable 5 fois), nous lui reversons la différence. Pour vous donner une idée, le franchisé à des charges d'environ 1.200 euros par semaine. Notre volonté est de leur permettre de bien démarrer, puis ensuite de les amener à se développer sainement et à étendre progressivement leur territoire. Les courriers franchisés doivent avoir la volonté de développer leur entreprise. Pour les aider dans cette voie, notre équipe va à leur rencontre une ou deux fois par mois. On s'aperçoit que l'image de Fastway est très forte et bien perçue par nos premiers clients. L'image du camion, l'uniforme, la signalétique, tout cela permet au courrier franchisé de bien s'intégrer sur son territoire. D'autant que le coût de notre prestation est particulièrement attractif. Le transport d'un colis de 15 kilos, livrable le jour même dans les Bouches du Rhône, coûte 7 euros maximum... le tarif minimum, en fonction du volume est de 2,95 euros. Quel est le rôle du Master régional ?Il est notre relais sur le terrain et joue le rôle de manager, de coach, d'animateur... De plus, il doit mettre en place une plate-forme de répartition des colis qui permet aux courriers franchisés de déposer et de venir chercher les colis en livraison. J'insiste, son rôle est important au sein du groupe. Nous même et son équipe sommes au service de nos franchisés. C'est une philosophie d'entreprise qui vaut à Fastway d'être primé chaque année pour la qualité de son soutien.Vos objectifs à moyen terme ?Les régions déjà implantées sont depuis janvier Marseille, puis viennent en février Lyon, en mars ou avril Tours, Brest, Lille et Avignon. En septembre viendront les Alpes Maritimes et le Var. A terme, il y aura 52 régions et environ 1000 franchisés. Ce chiffre parait sans doute très ambitieux, mais rappelons que Fastway a démarré il y a 20 ans en Nouvelle Zélande. Aujourd'hui, l'enseigne y compte 300 franchisés pour 3 millions d'habitants. La France compte 20 fois plus d'habitants !!!

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :