John Reed veut des administrateurs indépendants pour le NYSE

 |  | 441 mots
Une première historique: c'est ainsi qu'a été présentée la proposition de John Reed, le PDG par intérim du New York Stock Exchange, qui souhaite mettre en place un conseil d'administration composé de membres totalement indépendants du secteur financier.Ce conseil serait également resserré puisque composé de 8 membres, contre 27 actuellement. Madeleine Albright, ancienne secrétaire d'Etat, ainsi que Herbert Allison, PDG d'un fonds de retraite, resteraient au CA et seraient rejoints par 6 nouvelles personnes, dont James Mac Donalds, gestionnaire des intérêts de la famille Rockefeller, et Robert Shapiro, ancien dirigeant de Monsanto. Ces membres sont indépendants "dans le sens où ils n'ont aucun lien avec la Bourse et, du point de vue de la réglementation, aucune de ces personnes n'est liée à une société que nous devons réglementer", a expliqué John Reed.Le PDG, appelé à la rescousse en septembre - alors qu'il était à la retraite - pour reprendre en main le NYSE et redorer son blason suite au scandale lié à la rémunération de l'ancien dirigeant Dick Grasso (voir ci-contre), veut aussi de la flexibilité dans le fonctionnement. Aussi suggère-t-il que la composition du CA puisse évoluer de 6 à 12 membres. Ceux-ci seront enfin épaulés par un "comité de conseil sectoriel" regroupant des professionnels du secteur financier.Les débats ont été nombreux depuis le départ de Dick Grasso sur la structure et le rôle que doit désormais avoir le NYSE. Ce sont notamment les fonds de pension qui sont montés au créneau. Ayant joué un rôle décisif dans la démission de l'ancien patron, la profession comptait bien tirer profit de la crise pour accroître sa représentation au conseil d'administration. Par ailleurs, elle a appelé de ses voeux une séparation des fonctions de régulateur et d'entreprise de marché. "Un organisme de régulation qui est détenu et dirigé par les personnes qu'il régule est source de conflits d'intérêts", soutenait notamment le fonds des professeurs de Californie. Mais John Reed a toujours estimé qu'une telle démarche "serait une erreur".Le projet de John Reed sera voté le 18 novembre prochain. D'ores et déjà, ses orientations ont satisfait le gendarme de la Bourse américain. "John Reed et ses conseillers vont dans une direction qui apparaît sensée", déclarait la semaine passée William Donaldson, le président de la Security and Exchange Commission. Quant à son propre avenir, John Reed a toujours été clair: il n'est là que temporairement. "J'ai apprécié d'être à la retraite", a-t-il dit après sa présentation.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :