Alcan repousse l'idée du relèvement de son offre sur Pechiney

 |  | 450 mots
Alcan ne relèvera pas son prix pour acheter Pechiney. Le président du géant canadien de l'aluminium et de l'emballage, Travis Engen, l'a confirmé lors d'une interview à la chaîne de télévision américaine CNBC. Voici une semaine, le Conseil des marchés financiers (CMF) a jugé recevable l'offre d'achat de Pechiney déposé le 7 juillet dernier. Alcan propose de racheter le fabricant français pour 3,4 milliards d'euros, somme jugée "ridiculement basse" par le conseil d'administration de ce dernier.Travis Engen s'est par ailleurs dit "confiant" d'obtenir le feu vert de la Commission européenne lors de la phase I de l'examen de son OPA-OPE. Vendredi dernier, le groupe canadien avait prévenu qu'il abandonnerait son offre si les services de la concurrence de la Commission européenne lançaient, dans la phase II, une enquête approfondie. Une demande devrait être déposée sous peu à Bruxelles. Un peu plus tôt dans la journée, le groupe canadien avait présenté des résultats pour le deuxième trimestre plutôt solides. Certes, au deuxième trimestre, Alcan a dû afficher une perte nette de 89 millions de dollars américains. Sur la même période de 2002, Alcan avait réalisé un bénéfice net de 71 millions de dollars. Cette perte s'explique cependant uniquement par l'inscription dans son compte de résultat d'une charge de 113 millions de dollars due à la vente d'activités non-stratégiques dans l'emballage. Si on exclut cette charge exceptionnelle, les chiffres du groupe sont plutôt au beau fixe. Les ventes ont ainsi progressé sur un an de 10,2% au deuxième trimestre à 3,47 milliards de dollars. Quant au bénéfice opérationnel hors effets de change, il s'est plutôt maintenu à 144 millions de dollars, soit 46 cents par action, en baisse de 4% seulement sur un an. Le consensus calculé par Reuters se situait à 41 cents par action. Le groupe a cependant été victime de la vigueur du dollar canadien par rapport au dollar américain. Les effets de change lui ont en effet coûté 146 millions de dollars américains. Ces résultats sont néanmoins rassurants dans un contexte où la concurrence est de plus en plus sévère et où les pressions à la baisse sur les prix restent importantes. Pour l'ensemble de l'année 2003, le groupe canadien espère continuer à bénéficier de sa politique de réduction de coûts et de ses récents investissements. Au troisième trimestre, il s'attend à un bénéfice opérationnel hors effets de change et éléments exceptionnels compris entre 40 et 50 cents.A Toronto en début de séance, le titre Alcan cédait 0,41% à 43,70 dollars canadiens.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :