Rumeurs de rachats autour de Lastminute.com

 |  | 379 mots
Lecture 2 min.
Si de notre côté de l'Atlantique Barry Diller a surtout fait parler de lui dans le dossier Vivendi, son nom pourrait bien dans les mois à venir surgir dans une toute autre affaire. C'est du moins ce que prétend le Sunday Times, qui voit l'homme d'affaires américain étudier une offre sur le voyagiste en ligne Lastminute.com."Ce ne serait pas une surprise que quelqu'un s'intéresse à la société compte tenu du fait que l'Europe est le marché, du point de vue d'Internet, qui va montrer une bonne croissance", note Rachael Waring, analyste chez Numis Securities, contactée par Reuters.En d'autres termes, si la société n'est pas rentable - elle a cumulé une perte d'exploitation de 6,4 millions de livres sur les trois premiers trimestres de son exercice 2003 -, ce sont surtout ses perspectives qui sont susceptibles de retenir l'attention d'un prédateur. "Lastminute.com et Ebookers témoignent du fait qu'il faut un bout de temps pour construire une affaire, aussi cela est logique que quelqu'un s'intéresse à une société qui y est effectivement parvenu", ajoute Rachael Waring.Ce n'est pas la première fois que Lastminute.com est vu comme une cible. Mais jusqu'ici (et notamment cet été), ce sont avant tout l'Allemand TUI et l'Américain Expedia qui ont été cités comme possibles acquéreurs. Si le Sunday Times avance désormais le nom de Barry Diller, c'est que ce dernier (patron de la société InterActiveCorp, spécialisée dans Internet et les voyages) a déclaré qu'il souhaitait doubler l'activité de son groupe hors des Etats-Unis dans les années à venir.Qu'elles soient fondées ou non, ces rumeurs font en tout cas les affaires des actionnaires. En fin d'après-midi, l'action Lastminute.com gagne 4,64%, bénéficiant également d'arbitrages au détriment d'Ebookers, qui s'est montré assez peu engageant sur ses chiffres d'activité. Cela fait d'ailleurs plusieurs mois que Lastminute.com est porté par les rumeurs, ce qui lui a permis de multiplier sa capitalisation boursière par 2,5 depuis mai dernier. Dès lors, un éventuel acquéreur devra mettre le prix pour s'emparer de Lastminute.com, car la société est désormais valorisée à plus de 770 millions de livres (environ 1,25 milliard d'euros) par le marché.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :