Situation financière toujours difficile pour les entreprises américaines

 |  | 508 mots
Depuis quelques jours, les Etats-Unis doutent d'une reprise économique qui paraissait certaine un mois plus tôt. Et les annonces d'aujourd'hui vont sans doute encore apporter de l'eau au moulin de ceux qui considèrent que les conditions d'un rebond durable de l'économie ne sont pas encore rassemblées. Mercredi en effet, le chimiste DuPont a prévenu que son bénéfice par action pour 2003 sera "dans la fourchette basse des prévisions", soit 1,60 dollar par action. Les analystes attendaient en moyenne un BPA de 1,80 dollar par action. La raison de cette révision à la baisse des objectifs du groupe est l'absence d'un rebond "notable" de la demande industrielle en juillet et en août. Certes, DuPont continue de soutenir que la reprise sera "significative" dès le quatrième trimestre, mais cette annonce confirme que l'industrie américaine continue à souffrir.Une situation confirmée par le cigarettier RJ Reynolds, qui a annoncé son intention de supprimer 2.600 emplois, soit 40% de ses effectifs. Ce plan, qui s'intègre dans une volonté plus large d'économiser un milliard de dollars d'ici à 2005, devrait coûter dès le troisième trimestre 340 millions de dollars au groupe au titre de charges exceptionnelles. RJ Reynolds est certes dans un secteur très particulier, celui du tabac, marqué par une baisse massive de la consommation. Il n'empêche que cette décision est emblématique de la situation difficile dans laquelle demeure l'emploi aux Etats-Unis et notamment l'emploi industriel.Du côté du secteur des services, la situation semble a priori meilleure. Mais il pourrait ne s'agir que d'un leurre. Ainsi, FedEx a annoncé un résultat hors exceptionnels supérieur aux attentes, mais son résultat net est très affecté par les coûts liés aux licenciements et aux restructurations et recule de 19% sur un an. Et le groupe de livraison express n'a pas donné une vision très réjouissante de l'avenir. Si le troisième trimestre devrait être conforme aux attentes des analystes, les objectifs pour l'exercice 2003/2004 en cours ont été revus à la baisse. FedEx a indiqué que son BPA devrait être compris entre 3 et 3,15 dollars, un niveau qui est, lui, inférieur aux attentes. Ces différentes annonces confirment que la situation financière des entreprises américaines ne s'est pas encore suffisamment améliorée. Une étude récente de CDC-Ixis conseillait ainsi la "prudence" en ce domaine. Selon elle, certains secteurs comme les biens durables, le textile, la chimie ou les nouvelles technologies souffrent encore d'un faible taux d'utilisation des capacités. Cette étude insistait également sur le fait que le désendettement des entreprises restait encore insuffisant. En bref, de nombreuses sociétés vont encore devoir ajuster leurs masses salariales, malgré les améliorations récentes de la productivité et le cash-flow dégagé par les entreprises risque d'être davantage utilisé pour le désendettement que pour l'investissement. Deux éléments confirmés ce mercredi dans les faits et qui n'incitent guère à l'optimisme sur l'économie américaine à moyen terme.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :