Barry Diller achète un site de voyage pour 665 millions de dollars

 |  | 397 mots
Lecture 2 min.
Barry Diller a de nouveau frappé un grand coup dans le commerce électronique. Sa société, Interactive Corporation, a annoncé le rachat de Hotwire.com, un site de voyage, pour un montant de 665 millions de dollars, réglés en cash. L'opération comprend également la reprise de 20 millions de dollars d'options et de warrants.Interactive Corp (IAC, ou ex-USA Interactive) veut ainsi consolider ses positions dans le voyage en ligne, sa première activité en termes de chiffre d'affaires et de résultat. Hotwire a été créé par Texas Pacific Group et par un pool de compagnies aériennes parmi lesquelles Northwest Airlines, Continental Airlines, United et USAirways. La société a donc pris un poids important sur le marché, puisqu'elle doit générer en 2003 700 millions de dollars de réservations pour un chiffre d'affaires net de 110 millions de dollars, selon Interactive Corp. L'acquisition doit être relutive dès 2004.Dans une logique de consolidation, Interactive Corp a annoncé la réunion sous un même pôle de l'ensemble de ses activités voyages. Ainsi, Hotwire, Expedia et Hotels.com seront regroupés dans un département baptisé IAC Travel, présidé par Erik Blachford, actuellement à la tête d'Expedia.Barry Diller, ou "Killer" Diller tel qu'il est surnommé dans certains milieux d'Hollywood, n'a jamais caché son intention d'être un acteur de poids dans le commerce en ligne. Pour l'instant, sa stratégie d'investissement dans Internet semble sans faille. Alors que le commerce électronique a été décimé ces trois dernières années, ne laissant survivre qu'un nombre limité d'acteurs, IAC additionne les bénéfices. Pour 2003, il n'espère pas moins de 8 milliards de dollars de revenus. Au dernier trimestre, son groupe a généré un bénéfice de 92,9 millions de dollars pour un chiffre d'affaires en hausse de 38% à 1,5 milliard. Désormais, c'est bien l'activité voyage qui tire l'essentiel du résultat, puisqu'elle a généré 88,7 millions de profits. Elle a donc largement surpassé l'activité originelle du groupe: le téléachat (HSN). Mais le voyage n'est pas tout. Le milliardaire hollywoodien a investi d'autres créneaux lucratifs du commerce électronique. Il a notamment pris une place de poids dans la rencontre amoureuse en ligne avec Match.com, également décliné en Europe et en France.A New York, le titre recule de 3,45% à 35 dollars en milieu de séance.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :