Jean-Charles Corbet en garde à vue

 |  | 256 mots
Nouveau rebondissement dans l'affaire Air Lib. Mardi, en fin d'après-midi, l'ancien PDG de la compagnie aérienne aujourd'hui disparue a été placée en garde à vue dans les locaux de la brigade financière. A l'issue de cette garde à vue, d'une durée maximale de 48 heures, Jean-Charles Corbet pourrait être mis en examen.Cette garde à vue intervient dans le cadre de l'enquête préliminaire ouverte fin février par le Parquet concernant la faillite de la compagnie aérienne. Le 18 juin dernier (lire ci-contre), un rapport parlementaire avait mis en cause la responsabilité des anciens dirigeants d'Air Lib et notamment de Jean-Charles Corbet dans la déroute de la compagnie. Le document avait notamment souligné les liens entre la holding personnelle du PDG et Air Lib, ainsi que les primes et rémunérations parfois excessives des dirigeants. La commission avait tiqué sur le versement d'une prime d'arrivée à M. Corbet jugeant que ce fait pourrait bien "être constitutif d'un abus de bien social". De son côté, Jean-Charles Corbet s'est toujours défendu d'avoir commis des malversations dans sa gestion d'Air Lib, prétendant que la structure pyramidale des sociétés, remontant à une holding était "tout à fait classique dans le secteur aérien". Il s'est d'ailleurs présenté ce mardi de lui-même à la convocation de la brigade financière. Le 17 février dernier, la deuxième compagnie aérienne française de l'époque, Air Lib, avait été liquidée par le Tribunal de Commerce. 3.200 personnes avaient alors perdu leur emploi.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :