Parmalat s'enfonce un peu plus dans la crise

 |  | 301 mots
Lecture 1 min.
Le feuilleton Parmalat continue. Et tourne au véritable cauchemar. Vendredi matin, Bank of America a indiqué qu'elle ne "reconnaissait pas l'authenticité d'un document du 6 mars 2003 attestant l'existence de positions en titres et liquidités d'environ 3,9 milliards d'euros" d'une filiale de Parmalat basée aux Iles Caïmans. L'inexistence de ces fonds a été confirmée par Parmalat. Un conseil d'administration extraordinaire est prévu pour ce soir.Après l'incapacité du groupe italien de rembourser des obligations la semaine dernière (lire ci-contre), malgré un cash disponible de 4,2 milliards d'euros disponibles officiellement, le titre avait chuté de 50% et les marchés s'étaient beaucoup interrogé sur cette position caraïbéenne. L'inquiétude était encore montée d'un cran mercredi après le report à lundi prochain du rachat programmé de longue date de 18% d'une filiale brésilienne pour 400 millions d'euros. Apparemment, ces craintes étaient donc justifiées.A Milan, les opérateurs ont donc immédiatement réagi. L'action, qui avait ouvert en baisse de 43% a été suspendue après quelques minutes de cotation. Elle a repris 4 minutes avant la clôture. Le titre a alors perdu 67% de sa valeur, tombant à 30 centimes d'euros contre 89 centimes jeudi soir. "Cette annonce confirme qu'il existe des anomalies pathologiques dans la structure financière du groupe", conclut Andrea Paladini, un analyste de Centrosim, interrogé par Reuters. De son côté, S&P a dégradé de deux crans la note de Parmalat à long terme. Celle-ci est désormais à "D". Une note justifiée puisque vendredi soir, l'obligation du groupe à échéance 2010 se négociait à 26% de sa valeur faciale. Mais une éventuelle défaillance de Parmalat pourrait toucher l'ensemble du système financier italien. Les créanciers du groupe, Capitalia et Banca Intesa, sont ainsi sanctionnés. En clôture, ils perdent respectivement 4,70% et 4,07%.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :