Encore un bon trimestre pour Shell

Shell continue à faire preuve d'une forme insolente. Le géant anglo-néerlandais a encore une fois dépassé les attentes des analystes en présentant un résultat net après ajustement pour son deuxième trimestre en hausse de 51% sur un an à 3,34 milliards de dollars. Le consensus des analystes calculé par Reuters se situait à 2,98 milliards de dollars. Les plus audacieux ne prévoyaient pas un chiffre supérieur à 3,2 milliards de dollars.Certes, ce bénéfice est inférieur à celui du premier trimestre (3,9 milliards de dollars), mais cette différence s'explique évidemment par la baisse moyenne du prix du pétrole au cours du trimestre. Le résultat est très satisfaisant. D'autant que les prix du pétrole sont restés nettement plus élevés par rapport à ceux de l'année dernière et la baisse du dollar a également joué positivement.Les bénéfices des grandes branches du groupe montrent ainsi un beau dynamisme. Le secteur Exploration et production voit son résultat opérationnel ajusté progresser de 11,8% à 2,02 milliards de dollars. Les plus belles performances sont cependant le fait des divisions Gaz et énergie, dont le bénéfice ajusté est multiplié par 3 en un an à 452 millions d'euros, et produits pétroliers, qui voit son bénéfice ajusté multiplié par 2,8 à 975 millions d'euros. La première activité a bénéficié de la hausse des prix du gaz aux Etats-Unis, tandis que la seconde a joui de taux de raffinages en forte progression. Reste cependant la division Chimie, dont le bénéfice ajusté est en chute de 16%. Et la direction du groupe a prévenu que les perspectives de cette activité restaient "vulnérables". Concernant le reste de l'année, Shell se veut encore prudent. Le président du groupe, Philip Watts s'est dit "confiant" quant au maintien de la compétitivité de Shell. Il s'est pourtant dit incapable d'établir des prévisions en termes de marges. "Beaucoup dépendra de l'état de l'économie mondiale, et particulièrement de celle des Etats-Unis". Le groupe a par ailleurs annoncé qu'il suspendait son opération de rachats d'actions. "L'équilibre financier et les opportunités attractives d'investissements supplémentaires auront la priorité", a justifié le groupe dans son communiqué. En fin de journée à Amsterdam, le titre Shell termine quasi inchangé à 40,29 euros.

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.