Bouygues continue de s'appuyer sur les télécoms et TF1

 |  | 476 mots
Lecture 2 min.
La communication sauve encore une fois Bouygues. Le groupe a annoncé ce mercredi un bénéfice net de 130 millions d'euros pour le premier semestre 2003. On est évidemment très loin des 465 millions d'euros enregistrés au cours de la même période de l'an dernier, mais ce dernier chiffre intégrait la plus-value issue de la cession de Bouygues Offshore. En données comparables, le résultat net est en hausse de 12% et légèrement supérieur au consensus calculé par Reuters, qui prévoyait 116 millions d'euros. En termes de résultat opérationnel, le groupe affiche une progression de 3,5% en données consolidées sur un an et de 9,6% en données comparables. Une hausse d'abord due à Bouygues Télécom, dont le résultat d'exploitation affiche un bond de 31% à 200 millions d'euros. Dans son communiqué, le groupe se réjouit d'ailleurs du succès de l'i-mode et de l'amélioration de sa part de marché dans les forfaits. Les observateurs apprécient particulièrement l'amélioration de la marge brute d'exploitation de plus d'un point à 29,4%. "Un bon chiffre dû à la maîtrise des achats et à une réduction des coûts d'acquisition", explique un analyste joint par Reuters.TF1, de son côté, reste le premier contributeur au résultat opérationnel du groupe avec un bénéfice d'exploitation de 232 millions d'euros en hausse de 15,4% (lire ci-contre). Enfin, profitant de la bonne santé de son marché, Bouygues Immobilier affiche une rentabilité opérationnelle de 52 millions d'euros sur le semestre, soit 68% de plus qu'en 2002.Le reste des activités du groupe demeure cependant en position délicate. A commencer par Bouygues Construction, dont les opérations ne dégagent qu'un bénéfice opérationnel semestriel en données comparables de 5 millions d'euros, soit un recul de 86% en un an. La division affiche d'ailleurs une perte nette de 11 millions d'euros sur les six premiers mois de l'année. Mais le groupe souligne que "la réorganisation entamée en 2002 commence à porter ses fruits" et qu'un redressement est à l'oeuvre depuis avril dans le secteur. Le carnet de commandes au 30 juin est d'ailleurs de 5,3 milliards d'euros, soit à un niveau supérieur à celui du 31 décembre 2002.Pour le reste de l'année, Martin Bouygues se veut modérément optimiste. Il prévoit un chiffre d'affaires 2003 stable par rapport à celui de 2002, mais une "progression significative" du résultat net à données comparables. Concernant la stratégie, le président a confirmé que le développement du pôle télécoms-médias restait une priorité "tout en poursuivant la croissance interne des autres branches". Il a par ailleurs indiqué que la stratégie de Bouygues Télécom devrait s'orienter vers le secteur des forfaits "moins coûteux et plus prometteur" que celui des cartes prépayées.Mercredi à la clôture, l'action perd 0,96% à 24,77 euros.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :