STMicro prédit un environnement difficile

 |  | 408 mots
Lecture 2 min.
Situation délicate pour le fabricant de semi-conducteurs STMicroelectronics. Le groupe franco-italien a souffert au second trimestre des effets conjugués de la faiblesse du dollar et de la concurrence aggressive qui pèse sur les prix. Des conditions de marché qui devraient perdurer dans les mois à venir. C'est pourquoi le PDG du groupe Pasquale Pistorio a prévenu d'emblée, en publiant ses résultats du second trimestre. "L'amélioration des prix dont nous comptions bénéficier au deuxième semestre 2003 ne s'est pas matérialisée, et la reprise économique globale a été reportée", explique-t-il dans un communiqué. Ainsi, pour le troisième trimestre, le groupe anticipe certes un chiffre d'affaires en hausse de ses ventes de 3 à 8% sur un an comprise entre 1,70 et 1,78 milliard de dollars, c'est-à-dire à peu près stable par rapport au second trimestre. Mais il prévoit aussi un tassement de ses marges par rapport au second trimestre, de 0,7 point à 35%. STMicro devrait donc prendre des "mesures" d'adaptation à cette situation. Le groupe a annoncé qu'il allait moderniser la moitié de ses lignes de production en Europe et aux Etats-Unis, afin de fabriquer des puces à partir de tranches de silicium ("wafer") de 8 pouces contre 6 pouces actuellement. Un mode de production qui permet des gains de productivité conséquents. STMicro étudiera également une éventuelle extension de ses capacités de production à Singapour. Ces transformations induiront des charges de restructuration éventuelles ainsi que des dépréciations d'actifs, dont les montants seront précisés ultérieurement.Déjà au second trimestre, la marge brute qui est ressortie à 35,7%, est légèrement en dessous des prévisions du groupe établies à 36%. L'an passé, la marge brute était encore de 37,2%. Les bénéfices ont baissé de 24% à 79,5 millions de dollars, soit 9 cents par action, au dessous des prévisions de Wall Street (12 cents par action). Le groupe, qui facture une partie importante de ses investissements en R&D et ses dépenses administratives en euros, a largement pâti de la faiblesse du dollar. En parallèle, la pneumonie atypique qui a sévi en Asie a considérablement gonflé les stocks sur la période. Seul motif de satisfaction: les ventes, qui sont ressorties à 1,70 milliard de dollars, sont en ligne avec les prévisions du groupe et légèrement au dessus des 1,68 milliard de dollars pronostiqués par les analystes.A Paris, en fin de séance, le titre STMicro recule de 3,15% à 19,35 euros.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :