Yell fait ses premiers pas en Bourse

 |  | 366 mots
Lecture 2 min.
Test réussi pour Yell, qui faisait jeudi matin ses premiers pas à la Bourse de Londres. Le titre a gagné 1,75% en fin de séance, à 290 pence. Bien accueillie par les opérateurs, l'opération est un témoignage positif de la santé du marché primaire londonien. Le titre pourrait d'ailleurs faire prochainement son entrée dans l'indice FT 100.Le prix d'introduction de Yell s'est établi dans le haut de la fourchette fixée entre 250 et 300 pence. A 285 pence par action, l'entreprise était donc déjà valorisée 2,03 milliards de livres. Face au bon accueil fait par les opérateurs qui ont largement souscrit à l'offre, Yell a même porté à 400 millions le nombre de titres mis sur le marché, contre une première estimation de 309 millions. Ce sont donc quelque 1,14 milliard de livres qui ont été levés sur le marché. En conséquence, les fonds d'investissement Apax Partners et Hicks Muse Tate et Furst détiendront chacun 19% du capital du groupe, tandis que la direction et les employés possèdent 5%. Si Yell décide en outre d'exercer son option de surallocation qui porte sur la mise en vente de 60 millions de titres supplémentaires, soit 15% d'actions en plus, la part des deux fonds sera ramenée à 15%. En tout, 65% du capital seront donc sur le marché, tandis que la somme levée atteindra alors 1,311 milliard de livres. Il faut dire que Yell avait de quoi séduire: stabilité de l'activité, dividende généreux (un rendement supérieur à 3%) et une taille importante après plusieurs acquisitions outre-Atlantique. "Le groupe génère beaucoup de cash au Royaume Uni et vit une aventure de développement excitante aux Etats-Unis. C'est une bonne combinaison et cela montre que les gens sont heureux de souscrire à l'introduction", commente un analyste interrogé par Bloomberg.De fait, pour compenser le ralentissement de la croissance constaté au Royaume-Uni, Yell est sorti de ses frontières. Il a racheté l'an passé les éditions McLeodUSA pour 600 millions de dollars et National Directory pour 69 millions de dollars, deux opérations qui ont fait du groupe londonien le premier éditeur d'annuaires indépendant aux Etats-Unis. Le groupe y distribue ses Yellow Book dans près de 50 Etats.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :