MobilCom rend sa licence UMTS

 |  | 602 mots
Lecture 3 min.
MobilCom jette l'éponge. "Le directoire et le conseil de surveillance ont décidé de rendre la licence UMTS à l'autorité de régulation des télécommunications", a indiqué l'entreprise. L'opérateur allemand va donc passer par pertes et profits l'investissement de 8,4 milliards d'euros qu'il avait dû effectuer pour mettre la main sur une licence pour le marché allemand en août 2000 (l'investissement avait déjà été déprécié).En fait, MobilCom n'avait pas d'autres choix. La loi allemande lui imposait de disposer d'un réseau UMTS couvrant 25% de la population fin 2003. Or, l'opérateur était incapable de financer les installations depuis la rupture l'an passé de son alliance avec son actionnaire France Télécom. D'ailleurs, MobilCom avait déjà pris les devants en vendant en mai à E-Plus (filiale de KPN) les premières infrastructures de ce qui devait être son futur réseau.Il restait bien la solution d'un nouveau partenaire. Mais face aux investissements demandés pour développer l'UMTS (avec les risques que cela comporte), "personne n'a voulu reprendre la licence", selon le porte-parole de la société. MobilCom ne désespère cependant pas de récupérer quelque chose de cette malheureuse aventure. Il veut examiner la possibilité d'un recours. L'autorité de régulation allemande a d'ores et déjà rétorqué qu'aucun dédommagement pour renoncement n'est prévu par la loi.MobilCom n'est pas un cas isoléLa même mésaventure devrait arriver dans quelques semaines au consortium Quam. Lui-aussi a décidé de renoncer à l'UMTS. Et n'ayant pas pour l'heure de repreneur, sa licence devrait lui être retirée au début de l'année 2004 au plus tard.Reste maintenant à savoir ce que vont devenir ces licences. "Nous n'avons pas encore pris de décision à ce sujet", a répondu à l'AFP un porte-parole du régulateur. Apparemment, une consultation aura lieu avec les opérateurs toujours présents dans l'UMTS outre-Rhin, soit Deutsche Telekom, Vodafone et E-Plus.La question du devenir de la licence obtenue en Autriche par Telefonica Moviles ne se pose en revanche pas. Par le passé, l'Espagnol avait décidé le gel de certains de ses projets UMTS (en Allemagne, Autriche, Suisse et Italie) en raison d'une restructuration nécessaire. Mais il vient d'annoncer la vente de sa filiale autrichienne 3G Mobile Telecommunications GmbH, détentrice de la licence.Orange serait en négociationCette transaction, dont le montant n'a pas été dévoilé, constitue d'ailleurs la première vente de licence UMTS en Europe. L'acquéreur, l'Autrichien Mobilkom (filiale de Telekom Austria), déjà fournisseur d'un service UMTS dans le pays, s'est engagé à vendre une partie de la fréquence de 3G Mobile.En tout cas, comme le souligne Telefonica Moviles, cette opération inédite "peut ouvrir la voie à de futurs accords entre opérateurs". Ce pourrait notamment être le cas en Suède où, selon le quotidien Dagens Industri, TeliaSonera négocierait le rachat de la licence d'Orange (attribuée gratuitement). L'opérateur suédo-finlandais possède déjà une licence mais "nous avons déjà dit que nous étions intéressés par l'achat de fréquences supplémentaires", a déclaré au quotidien le directeur de la communication du groupe.En revanche, ni TeliaSonera, ni Orange n'ont souhaité commenter les informations du journal quant à leurs discussions. Reste que le temps presse pour le Français, qui a annoncé dès l'année dernière son intention de se retirer. Comme MobilCom, il était tenu d'ouvrir son réseau à la fin de l'année 2003. Il lui faut donc sortir rapidement s'il veut éviter une amende.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :