Accord conditionnel de Londres à la fusion Carlton-Granada

 |  | 395 mots
Lecture 2 min.
Un an après l'annonce officielle de la fusion Carlton-Granada, le gouvernement britannique vient de donner un feu vert conditionnel à l'opération. Ce qui devrait conduire à la création du premier producteur privé de programmes télévisuels en Grande-Bretagne, valorisé à quelque 4 milliards de livres (6,7 milliards d'euros).Pour ce faire, les deux prétendants à la fusion devront donc se plier aux exigences de Londres. Des exigences finalement assez peu contraignantes. Afin d'éviter un abus de position dominante sur le marché publicitaire, Londres a préconisé la nomination d'un adjudicateur indépendant dont le rôle sera de superviser le renouvellement des contrats publicitaires.Ainsi, les autorités de la Concurrence ont jusqu'au 7 novembre prochain pour obtenir l'engagement des deux groupes à mettre en oeuvre ces mesures de contrôle. D'ores et déjà, Carlton et Granada ont déclaré être prêts à "entamer immédiatement des discussions avec l'OFT (Office of Fair Trading)". Surtout, les deux groupes ont "salué" cette décision du gouvernement.Il faut dire que Carlton et Granada évitent ainsi le scénario que redoutaient les spécialistes - et que réclamaient certains publicitaires -, à savoir la cession de filiales spécialisées dans la vente d'espaces publicitaires. Les conditions à la fusion posées par le gouvernement "sont les meilleures que Granada et Carlton pouvaient espérer", fait remarquer Hilary Cook, chez Barclays Stockbrokers.Rappelons que les deux groupes sont les principaux actionnaires de ITV, le premier réseau de télévision privée au Royaume-Uni. A l'issue de la fusion, ils contrôleront plus de la moitié du marché publicitaire britannique. Mais surtout, la nouvelle entité sera en mesure de faire face au géant qu'est BSkyB. C'est d'ailleurs bien ce point qui semble avoir motivé la décision du gouvernement britannique. Patricia Hewitt, la ministre du Commerce et de l'Industrie, a elle-même parlé de "concurrencer plus efficacement la BBC, Channel 4, Channel 5, ainsi que BSkyB" au moment où "les progrès technologiques et la réglementation ont modifié le paysage télévisuel".A l'issue du rapprochement, Granada et Carlton devraient donc pouvoir économiser les 55 millions de livres prévus chaque année au titre des synergies (ce qui n'aurait pas été possible en cas de cessions exigées par Londres). Les investisseurs s'en félicitent. A Londres, Carlton et Granada gagnent respectivement 12,67 et 8,74% en fin d'après-midi.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :