Atos prévoit une charge de dépréciations de 224 millions d'euros

 |  | 264 mots
Lecture 1 min.
La fin de l'année approche et avec elle les traditionnelles écritures d'ajustement dans les comptes des entreprises. C'est le cas chez Atos Origin, qui vient d'annoncer qu'il allait comptabiliser une charge concernant l'acquisition de KPMG Consulting.La SSII maintient que cette acquisition réalisée en juin 2002 était stratégique et justifiée. Néanmoins, compte tenu des conditions de marché actuelles (et avant la prise en compte des bénéfices additionnels attendus de l'acquisition de SchlumbergerSema), elle a décidé d'inscrire dans ses comptes 2003 une charge de dépréciation de 224 millions d'euros. L'importance de la charge - comparée à un résultat d'exploitation légèrement supérieur à 260 millions d'euros ces deux dernières années - a pu surprendre certains observateurs. Toutefois le groupe ayant déjà manifesté un peu plus tôt dans l'année son intention de procéder de la sorte, les investisseurs ne se sont pas montrés inquiets. L'action termine sur une hausse de 0,64%. D'autant qu'en marge de cette annonce, Atos a confirmé les objectifs qu'il avait fixés précédemment. Ainsi, le chiffre d'affaires 2003 devrait être légèrement inférieur aux 3,04 milliards d'euros dégagés en 2002. De surcroît, "le groupe reste concentré sur la rentabilité et le cash-flow et prévoit que sa marge opérationnelle en 2003 dépasse les 8%", ajoute le communiqué. Pour mémoire, la marge avait atteint 8,7% l'an passé. Enfin, le groupe devrait avoir fait des efforts côté endettement. La dette nette est attendue en-dessous de 350 millions d'euros, contre 440 millions à la fin de l'année 2002.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :