L'investissement dans les technologies pourrait ne pas repartir en 2003

 |  | 369 mots
Après deux années de baisse, il n'est pas dit que l'investissement dans les technologies reparte. C'est en tout cas la conclusion d'une étude réalisée par la banque d'affaires américaine Goldman Sachs auprès d'un ensemble de Chief Information Officers (ou CIO), c'est-à-dire de directeurs informatiques. Contrairement à l'idée commune qui prévoit un rebond du secteur à moyen terme, le discours des responsables informatiques, en particulier sur leur intention d'investir dans le logiciel ou dans le hardware, tend à faire penser le contraire. Au lieu d'une croissance du secteur de 2 à 3%, on pourrait au contraire assister à un nouveau repli. En effet les deux tiers des directeurs informatiques interrogés par Goldman Sachs pensent que leur budget 2003 va se contracter, tandis que 43% ne s'attendent à aucune accélération de l'investissement avant au moins 2004. Dans cette hypothèse, les entreprises des nouvelles technologies pourraient avoir des difficultés à atteindre leurs prévisions du premier trimestre. Une analyste de Goldman Sachs précise dans le rapport que le consensus moyen pour les entreprises high tech qui fournissent les grandes entreprises américaines, table sur des revenus inchangés au premier trimestre 2003 par rapport au quatrième trimestre 2002 et sur une hausse de 7% en 2003. "Notre étude auprès des responsables informatiques parvient aux mêmes conclusions que celles de Goldman Sachs, c'est-à-dire que l'investissement pourrait stagner ou se contracter, en fonction des différents segments de marché", confirme Brendan Barnicle, un analyste de Pacific Crest Securities. Selon ce dernier, les plus grands du secteur tels que Microsoft ou SAP devraient parvenir à tirer leur épingle du jeu, grâce à un portefeuille de clients extrêmement diversifié. En revanche, l'année 2003 pourrait être plus difficile pour des entreprises high tech de taille plus modeste, comme Siebel ou PeopleSoft. Toujours est-il que ce pessimisme n'est pas complètement partagé par l'ensemble des analystes. Beaucoup tablent quand même sur une reprise même faible de l'investissement. "Je pense qu'il n'y aura pas de nouvelle baisse des dépenses dans la high tech", affirme Walter Winnitzki, de First Albany. "Après deux années de baisse, nous pensons que le secteur en 2003 sera en hausse de 3%", prévoit Daniel Niles de Lehman Brothers.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :