Fin d'année difficile pour Faurecia

 |  | 327 mots
Lecture 2 min.
Si jusqu'ici Faurecia était parvenu à améliorer son activité malgré un marché automobile peu favorable, le troisième trimestre vient de mettre un coup d'arrêt à cette progression. Sur la période juillet-septembre, l'équipementier automobile a en effet vu son chiffre d'affaires reculer de 3,7%, à 2,23 milliards d'euros.La contre-performance provient notamment des branches "systèmes d'échappement" et "intérieur véhicule" respectivement en baisse de 16,7% et 9,4%. Seule la division "sièges d'automobile" a résisté, avec des recettes en hausse de 3,1% (992,5 millions d'euros).L'équipementier reste dès lors bien en deçà de ce qu'espérait le marché. Aurel-Leven tablait par exemple sur une progression du chiffre d'affaires trimestriel de 2,2% pour l'ensemble du groupe. Qui plus est, les comptes du troisième trimestre supportent difficilement la comparaison avec ceux des six premiers mois. "Sur neuf mois, le chiffre d'affaires ne progresse plus que de 2,7% contre 5,7% à fin juin", déplore-t-on chez Fortis Securities.Pour la fin de l'année, le groupe ne donne pas de prévision chiffrée le concernant. Mais il laisse entendre que la période sera difficile puisqu'il attend "une baisse de la production automobile européenne de l'ordre de 5 à 7%" sur l'ensemble du second semestre.Bien sûr, cela ne signifie pas que Faurecia va subir une chute comparable. "Le groupe continue de sur-performer le marché grâce à la montée en cadence de plusieurs modèles (Audi A3 et A8, BMW Série 5, Renault Megane et Scenic)", rappelle Aurel-Leven. Toutefois, cette publication de chiffre d'affaires remet en cause l'optimisme affiché par les investisseurs ces derniers jours et qui avait permis au titre de gagner près de 12% depuis le début du mois. A la clôture, l'action chute ainsi de 5,69%, à 58 euros. Un retour en arrière qui, pour Aurel-Leven, est justifié. Le bureau d'analystes estime que l'action, qui avait il y a quelque temps été soutenue par des rumeurs de rachat, affiche une valorisation élevée vis-à-vis de ses comparables.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :