Pour quelques centimes de plus...

 |  | 339 mots
Lecture 2 min.
Le feuilleton de l'été, la tentative de prise de contrôle du groupe français d'emballage et d'aluminium Pechiney par son concurrent canadien Alcan, finit avec un bien curieux épilogue. Point de furieuse bataille boursière, de chevalier blanc galopant à la rescousse du pauvre Français assiégé, de superbe surenchère impossible à refuser. Une semaine après avoir boudé une nouvelle offre du Canadien, qui ne "valorisait pas Pechiney à sa vraie valeur stratégique", dixit le communiqué de Pechiney, le conseil du groupe français a finalement baissé les bras ou tout au moins rendu les armes et pris sa plus flatteuse plume pour annoncer que, tout compte fait, "cette nouvelle offre constitue la meilleure valorisation disponible pour les actionnaires"....De quoi rendre perplexes lesdits actionnaires qui ne percevront que 0,5 euro de plus par action par rapport à l'offre refusée le 31 août dernier, à 48,5 euros in fine... "Cela fait tout de même 40 millions d'euros de plus", argue Jean-Pierre Rodier, le PDG de Pechiney, qui a déjà annoncé son intention de partir en cas de succès du rachat. D'aucuns persiflaient vendredi sur les marchés sur ce retournement de dernière minute, les mauvaises langues allant jusqu'à se demander si le PDG avait négocié un "parachute d'aluminium" propre à lui faire reconsidérer sa position. Aucun détail n'a été divulgué pour l'instant sur les conditions de départ du PDG. Lequel met plutôt en avant des considérations comme la pérennité du nom de Pechiney. Le refus du début du mois n'aurait-il donc été qu'une sorte de raté technique ? A moins que, tout simplement, Pechiney ayant eu beau lancer tous ses banquiers conseils à la recherche d'une meilleure offre et d'un hypothétique chevalier blanc, personne n'ait répondu à l'appel. Chronique d'une reddition annoncée ? Reste à passer sous les fourches caudines de Bruxelles, mais aussi à obtenir l'approbation des petits actionnaires, pas forcément enchantés de cette issue. L'APPAC a d'ailleurs déjà déconseillé à ses adhérents d'apporter leurs titres à l'offre...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :