Bull s'envole sur des rumeurs de recapitalisation

 |  | 487 mots
Lecture 2 min.
France Télécom va-t-il voler au secours de Bull? D'après Les Echos de lundi, c'est en tout cas un scénario possible. Evoquant les diverses solutions à l'étude dans le dossier Bull, le journal, qui s'appuie sur une source proche du dossier, écrit que "une dizaine de cadres, associés à France Télécom et NEC, sont prêts à participer à un tour de table". Certains porteurs d'Oceane et certains grands clients pourraient aussi se joindre au projet, croit savoir le quotidien.Reste à connaître le montant de l'apport que les partenaires seraient disposés à mettre sur la table pour sauver un groupe qui affiche des fonds propres négatifs de 756 millions d'euros et dont l'avenir est clairement compromis si aucune solution de soutien n'est trouvée. Rappelons que Bull doit présenter un plan de recapitalisation avant la fin du mois. Et sa tâche est d'autant plus difficile que tout plan est conditionné à l'accord des porteurs d'Oceane.Aujourd'hui, aucun chiffre n'est avancé, mais "le tour de table ainsi constitué représente une somme non négligeable, et en tout cas suffisante pour couvrir les besoins de Bull", précise le journal d'après un contact proche des négociations.Néanmoins, d'après Les Echos, la somme ne devrait pas permettre au groupe de rembourser les 450 millions d'euros qu'il doit à l'Etat. Bruxelles avait en effet sommé le groupe de rembourser avant la mi-juin une avance consentie par la France, mais Bull ne s'est pas exécuté, son président craignant que ce remboursement provoque un dépôt de bilan. Un comportement qui a amené Bruxelles à porter plainte contre la France en début de mois (voir ci-contre).L'Etat semble donc avoir peu de chance de récupérer son argent. Ce qui laisse une nouvelle fois augurer d'âpres négociations avec la Commission en vue de lui faire accepter le plan retenu. On devrait en savoir un peu plus en fin de mois (car d'autres scénarios, impliquant notamment des investisseurs différents, sont envisageables).Mais le marché se montre d'ores et déjà confiant sur l'évolution des discussions. En fin de journée, l'action est réservée à la hausse sur un cours de 84 centimes d'euro (+42,37%).Le groupe a toutefois voulu ramener le marché à un peu plus de raison après cette envolée spectaculaire. "Rien de significatif ne s'est passé sur le plan de la restructuration financière de Bull entre son dernier communiqué du 15 septembre et la situation présente. Il n'y a donc aujourd'hui aucune nouvelle susceptible d'entraîner des variations importantes du cours de l'action", peut-on lire dans un communiqué au ton assez sévère: "les solutions simplistes et les truismes auxquels fait référence l'article des Echos ne sauraient résoudre le problème de la recapitalisation de Bull, problème techniquement compliqué étant donné la multiplicité des règlements et des intervenants".

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :