Thomson et TCL créent un leader mondial de la télévision

 |  | 817 mots
Thomson a répondu aux attentes des investisseurs. Confirmant les rumeurs de ces dernières semaines, le groupe électronique français a annoncé avoir trouvé un partenaire chinois dans l'électronique grand public. Ainsi, Thomson et TCL s'apprêtent à créer une société commune dans la fabrication de téléviseurs et de lecteurs de DVD. Cette société sera baptisée "TCL-Thomson Electronics" et sera détenue dans un premier temps à 33% par Thomson et à 67% par TCL.Thomson apportera à la nouvelle société ses sites de production de téléviseurs basés au Mexique, en Pologne et en Thaïlande, son activité de lecteurs de DVD et des centres de recherches et développement. L'usine Thomson d'Angers, qui emploie 1.180 personnes, demeurera au sein du groupe français. Elle deviendra ainsi le "fournisseur privilégié" de TCL-Thomson. Le directeur général de Thomson, Charles Dehelly, a voulu faire taire les inquiétudes concernant l'avenir de l'usine. "Nous ne faisons aucune délocalisation. L'impact sur Angers ne sera que bénéfique. Il n'y aura pas de plan social ou quoi que ce soit à Angers", a-t-il affirmé. De son côté, TCL, le leader chinois des produits multimédia et d'électronique grand public, apportera également ses actifs télévision et DVD. Au total, TCL-Thomson emploiera quelque 9.000 personnes, dont 1.100 ingénieurs. La société prendra une place de poids en Europe, en Asie et aux Etats-Unis. Elle devrait être profitable en jouant sur les effets de taille et d'économies d'échelle, assure Thomson dans un communiqué.Pour Thomson, cette alliance doit lui permettre de retrouver la rentabilité de sa division électronique grand public qui a connu beaucoup de difficultés. En 2002, cette division, qui inclut la fabrication de téléviseurs, a représenté plus de la moitié des ventes mais n'a contribué au résultat opérationnel qu'à hauteur de 5,7%. En tout, la joint venture devrait générer pour 3 milliards d'euros de vente, dont 1,25 milliard provenant de Thomson. Les ventes du groupe français seront en conséquences amputées de la même somme, du fait du transfert de l'activité télévision/DVD. Thomson devrait quand même recevoir une compensation en fournissant des services à TCL-Thomson Electronics. L'opération aura un impact positif sur les marges qui devraient croître de 2%, tandis que les pertes de l'activité télévision/vidéo seront éliminées des comptes. Pour 2002, la prévision de marge opérationnelle est de 6,5%. Lors de la conférence suivant l'annonce, le directeur financier de Thomson a assuré que le groupe ne supportera pas de charges de restructuration liées à cette alliance."Pour Thomson, c'est une occasion d'étendre ses activités en Chine", a également déclaré son directeur général au cours de la conférence de présentation. Le marché chinois est promis à une croissance de 5 à 10% par an, contre 3 à 5% en Europe et aux Etats-Unis. TCL, qui a commencé en 1981 dans la fabrication locale de cassettes audio, possède actuellement 18% du marché chinois des télévisions.Au niveau industriel, de fait, la nouvelle entité va devenir la première en volume au niveau mondial, même si elle ne l'est pas en valeur, en écoulant 18 millions de postes par an. Ainsi, même si c'est le Chinois qui met la main sur l'entreprise tant au niveau du capital que de la direction, l'opération va permettre, selon les analystes, à Thomson de troquer une activité en perte contre une rentable, même s'il ne détient qu'une participation d'un tiers. Le marché des téléviseurs est devenu très difficile ces dernières années. Concurrencé par les nouveaux écrans plats (LCD ou plasma) qui pèsent sur ses ventes, il subit en même temps les assauts de la contrefaçon. Tous ces facteurs contribuent ainsi à peser sur les prix. Devant ces difficultés, Sony s'est ainsi allié à Samsung sur le marché des écrans LCD, afin de faire remonter sa part de marché sur ce créneau tout en compensant le recul des marges dans les téléviseurs à tubes cathodiques. C'est pourquoi l'alliance avec TCL est perçue par Christophe Quarante, chez Natexis, comme étant une solution "quasi idéale", Thomson opérant une "sortie par le haut" de son exposition aux téléviseurs et lecteurs DVD. Le montage même de l'alliance plait aux analystes dans la mesure, où il ne contient aucun apport en cash, la joint venture prenant même en charge les besoins de financement de l'exploitation, selon les analystes du CIC Securities. L'accord prévoit la possibilité de coter la société d'ici deux ans à la Bourse de Hong Kong.A Paris, le titre Thomson, après avoir progressé de presque 5% toute la séance, ramène son gain à 0,50% à 18,21 euros en clôture. Sur les cinq dernières séances, le titre gagne plus de 13%.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :