Stora Enso progresse en Bourse, malgré un profit-warning

 |  | 385 mots
Lecture 2 min.
L'industrie du bois serait-elle sur le point de rebondir ? C'est apparemment le pari du marché. Lundi, le géant finlandais du bois, Stora Enso, profitait ainsi de ces anticipations. Alors que le groupe lançait un avertissement sur ses bénéfices du premier trimestre 2003, l'action a fini en hausse lundi de 7,44% à 11,14 euros à Helsinki.Le forestier finlandais a donc pourtant annoncé des chiffres alarmants. Compte tenu de la faiblesse économique en Europe occidentale et du rétrécissement des marges ailleurs, dû notamment à la hausse de l'euro, Stora Enso attend un bénéfice opérationnel deux fois moins important qu'au premier trimestre de cette année. Le résultat opérationnel du deuxième trimestre ne devrait donc pas dépasser 105 millions d'euros, soit une baisse d'au moins 44% sur un an. Le bénéfice net par action pourrait être divisé par 3 en un an. Stora Enso doit annoncer ses résultats le 23 juillet prochain.Ce profit-warning, qui intervient après celui du sud-africain Sappi, n'a pourtant pas le moins du monde inquiété les marchés. Il est vrai qu'il était largement attendu. Pour la plupart des experts, cette annonce était déjà incluse dans les cours. Il est vrai qu'en six mois, le titre avait perdu 6% à la clôture de vendredi. Et surtout, le groupe finlandais a bénéficié d'un fort accès d'optimisme sur le secteur. Un optimisme qui est en grande partie dû à une étude sectorielle de Merrill Lynch. La banque américaine a revu à la hausse sa recommandation sur les valeurs européennes du bois de "sous-performance" à "sur-performance". Elle estime qu'elles sont sous-valorisées par rapport à leurs concurrentes américaines et compte tenu des perspectives de reprise au second semestre de cette année. Du coup, un vent d'euphorie souffle sur les marchés. "Un autre jour, l'action Stora aurait chuté sur cette mauvaise nouvelle", indique à Bloomberg Mika Metsälä, analyste chez Kaupthing à Helsinki. Les opérateurs s'intéressent donc à la deuxième partie de l'année. "Les gens regardent désormais vers un possible futur rebond plutôt que vers le second trimestre qui est déjà de l'histoire", ajoute ainsi Mika Metsälä. L'ensemble du secteur en profite d'ailleurs. Le concurrent de Stora Enso, son compatriote UPM-Kymmene, a ainsi fini la séance lundi de 7,26% à 14,48 euros.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :