PeopleSoft rejette l'OPA hostile d'Oracle

 |  | 368 mots
Lecture 2 min.
Numéro trois des progiciels, PeopleSoft a décidé de résister aux ambitions de croissance externe de son concurrent Oracle. Il a ainsi rejeté l'offre publique d'achat (OPA) hostile lancée par le groupe présidé par Larry Ellison la semaine dernière. Le conseil d'administration a voté à l'unanimité contre la proposition d'Oracle, et ne manquera pas de recommander à tous les actionnaires de faire de même. Le groupe estime notamment qu'Oracle se heurterait immanquablement aux autorités de la concurrence. Ces dernières procèderaient certainement à un examen approfondi du projet, examen qui devrait déboucher sur un veto. C'est en tout cas ce qu'assure PeopleSoft dans un communiqué. De fait, PeopleSoft est actuellement numéro 3 du marché derrière Oracle, le numéro 1 étant l'Allemand SAP, très loin devant ses concurrents. Surtout, PeopleSoft souligne que la proposition faite par Oracle le sous-valorise fortement par rapport à ses performances financières. La semaine dernière, Oracle avait proposé de reprendre PeopleSoft au prix de 16 dollars le titre, soit une prime de 6% par rapport au cours de la veille. Une opération qui valorisait PeopleSoft 5,1 milliards de dollars. Mais après l'annonce de l'offre d'Oracle, le titre a dépassé largement les 16 dollars, pour pratiquement atteindre les 19 dollars en séance et clore à 17,82 dollars. L'offre d'Oracle était intervenue juste après une première proposition importante de restructuration du secteur: la reprise par PeopleSoft lui-même d'un autre de ses concurrents, JD Edwards. L'offre formulée par PeopleSoft porte sur 1,7 milliard de dollars et se fixe un objectif: se propulser à la deuxième place du marché devant Oracle. Depuis, les spéculations vont bon train sur la signification de l'OPA hostile d'Oracle. Est-ce un signe de reprise du secteur de la high-tech ou une stragégie de défense face à une demande atone? Toujours est-il que le secteur est sur le point de connaître de grands mouvements de consolidation. Reste à savoir maintenant si Oracle sera prêt à surenchérir, pour ne pas voir sa place de numéro deux du marché remise en cause par autrui.A New York, le titre Oracle est quasi inchangé jeudi, quelques heures après l'ouverture, à 13,30 dollars. PeopleSoft recule de 1,36% à 17,38 dollars.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :