Credit Suisse poursuit la réorganisation de Winterthur avec la vente de Churchill

 |  | 360 mots
Lecture 2 min.
Après les pertes de 992 millions de francs suisses (645 millions d'euros) enregistrées en 2002 par Winterthur, une réorganisation s'imposait dans la filiale d'assurance de Credit Suisse Group. Le mois dernier, la vente de la succursale américaine d'assurances Republic avait déjà été annoncée. Et ce mercredi, un nouveau pas vient d'être franchi. Winterthur a décidé de se délester de sa filiale d'assurance britannique Churchill.L'acquéreur sera Royal Bank of Scotland (RBOS), lequel devra débourser 1,1 milliard de livres (1,83 milliard d'euros) pour mettre la main sur ce groupe spécialisé dans l'assurance non-vie et qui a réalisé l'an passé un bénéfice de 86 millions de livres pour un chiffre d'affaires de 1,6 milliard. L'opération, qui doit recevoir l'aval des autorités de surveillance, devrait être finalisée et réglée au cours du troisième trimestre 2003. Il est en outre prévu que RBOS rembourse à Credit Suisse une dette de près de 100 millions de livres.Pour Winterthur, qui a dû être recapitalisé à hauteur de 2 milliards de francs suisses en 2002, cette vente est néanmoins bien plus qu'une simple opération financière. Elle revêt avant tout un intérêt stratégique. "Bien que Churchill se soit révélée particulièrement propère pour la Winterthur, nous avons décidé de la vendre parce que son modèle commercial et sa marque se distinguent du reste du Winterthur Group", explique Leonhard Fischer, président de Winterthur.En outre, cette cession apportera à Winterthur plus de "flexibilité financière en vue d'une croissance plus sélective", notamment grâce à l'amélioration du ratio de solvabilité, ajoute Oswald Grübel, co-dirigeant de Credit Suisse Group.Du côté de RBOS, on voit également un intérêt stratégique majeur à cette opération. La filiale Direct Line est surtout positionnée sur l'assurance automobile, et Churchill permettra de renforcer les positions dans l'assurance habitation.Si du côté de Credit Suisse, les investisseurs restent pratiquement insensibles à la nouvelle, ils saluent en revanche l'acquisition réalisée par RBOS. En fin de journée, l'action de la banque britannique gagne 6,23%, à 1.722 pence.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :