Sursaut du marché automobile européen en juin

 |  | 360 mots
"Ce résultat positif semble montrer que le marché commence à se rétablir après un premier trimestre marqué par les incertitudes économiques et politiques": le ton est donné. Après deux mois passés à constater la dégradation du marché automobile d'Europe de l'ouest, l'Association des constructeurs européens d'automobiles (ACEA) espère désormais que les ventes de véhicules neufs vont, sinon repartir durablement de l'avant, du moins mettre un terme à leur chute.Il faut dire que le mois de juin a de quoi redonner un peu d'espoir. Car le mois dernier, les immatriculations dans les quinze pays de l'Union européenne ainsi qu'en Islande, en Norvège et en Suisse ont augmenté de 2,9%, à plus de 1,315 million d'unités. Certes, la progression n'a dans l'absolu rien de spectaculaire et ne permet pas de rétablir les ventes semestrielles qui restent négatives, à -2,6%. Mais cette amélioration tranche très nettement avec la tendance des mois précédents, puisque sur les cinq premiers mois, les ventes reculaient de 3,8%.Si le marché européen a rebondi de la sorte, c'est en particulier grâce à deux de ses principales zones. La France, dont on connaît les chiffres depuis le début du mois de juillet, a vu ses immatriculations augmenter de 2,1% (voir ci-contre). Parallèlement, le Royaume-Uni a lui aussi retrouvé le chemin de la croissance, puisqu'à la stabilité du marché automobile sur les cinq premiers mois de l'année a succédé une envolée de 15,8% en juin. A l'inverse, Allemagne et Italie sont restés sous pression.Côté constructeurs enfin, les grandes tendances prévues par les observateurs se dessinent peu à peu. Ainsi, les groupes asiatiques tiennent toujours la vedette, avec des immatriculations en hausse de 11,8% pour les Japonais et de 28,3% pour les Coréens. Et, si la situation de nombreux Européens reste difficile, les renouvellements de gamme commencent à profiter à Renault. Comme l'ont montré ses propres chiffres délivrés la veille (voir ci-contre), le groupe de Boulogne a souffert sur le premier semestre, mais son mois de juin est de bon augure pour le reste de l'année, avec une progression de 12,9%.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :