Pas de vraie croissance dans la publicité avant 2004 selon ZenithOptimedia

 |  | 428 mots
Une reprise dans la publicité n'interviendra véritablement qu'en 2004. Le slogan actuellement en vigueur dans le secteur publicitaire - notamment chez le leader mondial WPP - est à son tour repris par l'agence d'achat d'espace ZenithOptimedia.Dans une note précisant ses nouvelles estimations, la filiale de Publicis vient de fait d'indiquer que ses "espoirs de début de reprise pour 2003 disparaissent". Principale raison invoquée: la déprime régnant sur le marché européen. "Les principaux facteurs de blocage du marché publicitaire sont surtout un environnement économique très défavorable (...) une très faible confiance des investisseurs et un moral des consommateurs toujours en baisse", précise Reuters en relayant les propos de ZenithOptimedia.L'agence a ainsi revu à la baisse de +2,5%, à +0,4% ses estimations de croissance pour le Vieux continent. Et encore s'agit-il là d'une prévision à prix courant. Car à prix constants, une baisse de 1,4% devrait être constatée.Le fossé devrait en outre se creuser entre l'Europe et les Etats-Unis, puisque dans le même temps les prévisions de croissance concernant le marché américain ont été revues à la hausse de 1,9 à 2,2% (à prix courants). Une différence qui s'explique par le fait que les groupes américains ont pris de l'avance en termes de restructuration et se trouvent désormais en phase de conquête de marché.Mais celà ne suffira pas à doper le marché mondial. 2003 devrait bel et bien rester une année de transition. De 241 milliards de dollars en 2003 sur les sept marchés principaux (Etats-Unis, Grande-Bretagne, France, Allemagne, Italie, Espagne et Japon), les dépenses publicitaires passeraient à 250 milliards en 2004 (+3,2% en Europe et +4,5% aux Etats-Unis), pour atteindre 258 milliards en 2005, précise Bloomberg en s'appuyant sur l'étude de ZenithOptimedia.Le tableau brossé par l'agence ne s'avère toutefois pas entièrement noir à court terme. L'agence précise que ses estimations pourraient être reconsidérées en fonction de l'issue du conflit en Irak. Ce qui, à l'heure où les troupes de la coalition sont dans Bagdad, peut laisser espérer une prochaine révision à la hausse. Les investisseurs paraissent en tout cas vouloir y croire, permettant aux valeurs du secteur, qui ont sous-performé le marché ces derniers mois, de s'offrir un joli rebond lundi dans la matinée. WPP gagne par exemple 7,96% à Londres. Quant aux Français, leur progression est encore plus soutenue. Havas s'envole de 9,43%, à 2,90 euros, pendant que Publicis s'octroie 7,49%, à 17,95 euros. Il faut dire que, si la presse et l'affichage souffrent sur le marché hexagonal, la télévision et la radio pourraient, selon ZenithOptimedia, s'offrir une croissance honorable dès cette année.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :