Un placement plus lourd que prévu pour France Télécom

 |  | 497 mots
C'est un petit bémol dans l'augmentation de capital de France Télécom, que les opérateurs ont jusqu'ici qualifiée de succès. Dans un communiqué, l'opérateur a indiqué que le nombre de bons de souscription non exercés était finalement plus élevé qu'initialement annoncé.Mardi dernier, France Télécom avait publié un document précisant que 42 millions de bons de souscription seulement n'avaient pas été exercés par leurs détenteurs. Un chiffre satisfaisant sur plusieurs plans. D'abord, il signifiait que 90% des détenteurs* (hors France Télécom et l'Etat) avaient répondu présent, alors même que les investisseurs américains (qui détiendraient 20 à 30 millions de titres) ne pouvaient pas participer. Ensuite, dans des conditions de marché peu favorables, l'opérateur égalait globalement la performance réalisés par BT en 2001.Toutefois, le groupe de Thierry Breton a été contraint de revoir ses chiffres. Et ce sont finalement 17,4% des bons attribués à des actionnaires autres que l'Etat et France Télécom qui sont restés dans les tiroirs, soit un peu plus de 73 millions de bons.France Télécom invoque "des erreurs de comptabilisation du nombre de bons de souscription d'actions communiquées par certains intermédiaires financiers" et "la difficulté d'estimer une taille indicative à partir de modèles statistiques au cours du processus de pré-centralisation".Conséquence directe: le placement - ouvert jusqu'à jeudi soir - des titres qui n'ont pas été réclamés par les détenteurs de bons va être plus important que prévu. Au lieu des 40 millions annoncés il y a deux jours, ce sont 69,6 millions d'actions qui vont être mises sur le marché (soit un peu plus de 3% du nombre de titres à l'issue de l'augmentation de capital). L'opérateur a souligné que le prix maximal serait de 25,69 euros, soit 125% du cours de clôture du 7 avril. Si l'on prend par exemple le cours de clôture de mercredi soir (20,70 euros), le placement pourrait donc dépasser 1,4 milliard d'euros. Une opération de taille pour un marché qui fait grise mine.Toutefois, ce n'est pas France Télécom qui s'expose à un accueil mitigé du placement mais bien les banques du syndicat, puisque ces dernières ont accepté de garantir l'augmentation de capital. A charge pour elles de convaincre les investisseurs.Quoiqu'il arrive, France Télécom aura donc levé comme prévu environ 15 milliards d'euros, dont un peu plus de 9 apportés par l'Etat. Le règlement livraison des titres sera effectué le 15 avril.En attendant, la Bourse, qui a plébiscité l'augmentation de capital depuis son lancement, paraît désormais redouter un afflux de titres. L'action recule de 5,27%, à 19,61 euros, à la clôture.Olivier Decarre* Un peu moins de 1,1 milliard de bons ont été lancés. Mais si l'on exclut ceux (non exercés et non vendus) attachés aux actions en autocontrôle et ceux revenant à l'Etat, il n'en restait plus sur le marché que 420 millions.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :