OPA hostile pour la création d'un géant espagnol de l'énergie

 |  | 412 mots
Lecture 2 min.
Gas Natural n'aura pas tardé. Alors qu'il avait créé la surprise lundi matin en annonçant qu'il étudiait la possibilité de lancer une offre sur Iberdrola, il ne lui a pas fallu plus de quelques heures pour déclarer officiellement ses intentions. Dans l'après-midi, le premier groupe gazier d'Espagne a indiqué qu'il initiait une offre mixte sur le numéro deux local de l'électricité.Objectif de cette offre hostile, selon Antoni Brufaua, président de Gas Natural: constituer un "leader européen de l'énergie de taille mondiale à court terme, c'est-à-dire dans les prochaines années". Le groupe propose de verser 6,80 euros et 0,58 action Gas Natural (à émettre) pour chaque titre Iberdrola apporté à l'offre. Ce qui, selon les derniers cours avant la suspension des cotations, valorise sa cible à environ 15,33 milliards d'euros (soit le double de sa propre capitalisation) et promet aux actionnaires d'Iberdrola une prime de près de 20%.Compte tenu du montage prévu, Gas Natural devra donc débourser (en cas de succès total) 6,13 milliards d'euros en cash. Ce qui ne devrait pas poser de problème majeur. D'une part, les analystes rappelaient dans la matinée que le groupe a obtenu 900 millions de la mise en Bourse en juin 2002 de 65% de sa filiale Enagas et, d'autre part, Gas Natural a annoncé avoir obtenu un prêt syndiqué de 6,6 milliards d'euros auprès d'un pool bancaire regroupant Goldman Sachs, la Caixa et la Société Générale.Il lui faudra aussi émettre 522,9 millions d'actions, alors que son capital en compte aujourd'hui moins de 448 millions. Ainsi en cas de succès, la capitalisation boursière (aux derniers cours) de Gas Natural passerait de 7,88 à plus de 17 milliards d'euros...Ce n'est pas la première fois que Gas Natural fait état de son intérêt pour Iberdrola. En octobre 2000, un projet de fusion avait déjà été proposé. Mais Iberdrola avait préféré se tourner vers son concurrent Endesa. Le projet de rapprochement Iberdrola-Endesa avait toutefois capoté en raison des conditions imposées par le gouvernement.Il s'agit donc d'une seconde chance pour Gas Natural. Mais il lui reste encore à convaincre les propriétaires d'Iberdrola: l'OPA/OPE est conditionnée à son acceptation par 75% des actionnaires de la cible. Et la tâche ne sera certainement pas aisée puisque Repsol a d'ores et déjà annoncé qu'il était opposé à l'opération.En Bourse, alors que les cotations ont repris, Iberdrola avance de 1,13% et Gas Natural plonge de 13%.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :