Excellent semestre pour Tesco

 |   |  438  mots
Toujours plus fort: Tesco, le leader des grands chaînes britanniques de supermarchés, a annoncé mardi matin des résultats meilleurs que prévu pour son premier semestre 2003/2004. Son bénéfice avant impôts s'est en effet établi à 628 millions de livres sterling (897 millions d'euros) sur la période, un résultat en progression de 17,4% sur un an. Avant exceptionnels et amortissement des survaleurs, le bénéfice imposable a même augmenté de 21,3% à 661 millions de livres sur cette période achevée le 9 août. Des chiffres supérieurs aux attentes des analystes, qui tablaient sur un bénéfice avant impôts et exceptionnels compris entre 620 et 640 millions de livres. Le chiffre d'affaires du distributeur alimentaire a crû pour sa part de 17%, à 14,9 milliards de livres. Au Royaume-Uni, les ventes à magasins comparables ont augmenté de 6,3%, contre 5,8% au premier trimestre. Une performance nettement supérieure à l'objectif de 3 à 4% que s'est fixé le groupe sur le long terme. Performances encore plus spectaculaires à l'international, où les ventes ont augmenté de 30% sur le semestre, à 3 milliards de livres. Leur contribution au résultat d'exploitation s'est établie à 98 millions de livres, en hausse de 66,1%.Commentant ces résultats, le directeur général du groupe, Terry Leahy, a qualifié le semestre d' "exceptionnel", considérant que sa stratégie fonctionne sur tous les plans, pour le plus grand profit des clients et des actionnaires. Et sur le plan social, le groupe crée massivement des emplois: il compte 307.000 salariés dans le monde et crée 22.000 postes cette année.Même si Tesco se veut ambitieux en Europe de l'Est et en Asie, sa priorité demeure le marché domestique. Au premier semestre, affirme-t-il, "nous avons gagné des parts de marché" sur tous les segments d'activités. Mais, ajoute le groupe, "notre part de marché totale n'est que de 12,3%, et il y a donc encore de fortes marges de progression". Toujours agressif, Tesco vient ainsi de lancer une véritable guerre des prix en annonçant une baisse moyenne de 12% des prix de vente de 350 produits à partir du 1er septembre dernier. Surtout, le groupe est candidat à l'achat de la chaîne concurrente Safeway, qui est également convoitée par la plupart des autres acteurs du marché. Tesco rappelle donc qu'il attend actuellement, comme les autres candidats à l'achat de Safeway, la décision du ministre du Commerce et de l'Industrie, qui doit se prononcer sur les problèmes de concurrence posés par les différentes offres en présence. A la Bourse de Londres, l'action Tesco gagne 6,11% en fin d'après-midi, à 243 pence. Depuis le début de l'année, sa progression dépasse les 25%.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :