Nestlé privilégie l'amélioration de ses marges en 2003

 |  | 433 mots
Lecture 2 min.
2002 aura été une bonne année pour Nestlé mais le groupe n'a pas atteint sa cible. Le numéro un mondial de l'agroalimentaire a annoncé jeudi une hausse de 13% de son résultat net en 2002, à 7,56 milliards de francs suisses (5,14 milliards d'euros) et a prédit une nouvelle hausse de ses bénéfices pour 2003.A taux de change constants, la croissance organique du groupe suisse a été de 3,4% l'an dernier, donc inférieure à son objectif de 4%. "Ce sont des chiffres vraiment décevants", a commenté un analyste interrogé par Reuters.Le chiffre d'affaires total, lui, a progressé de 5,3% à 89,16 milliards de francs suisses (60,62 milliards d'euros). Les analystes tablaient sur un chiffre d'affaires de 89,8 milliards de francs et sur un résultat net de 7,5 milliards, d'après le consensus Reuters. Le groupe a décidé de verser un dividende en hausse de 9 % à 7 francs suisses au titre de 2002, contre 6,40 francs pour 2001.Dans un communiqué, Peter Brabeck, directeur général du groupe, a fait valoir que les résultats du groupe avaient été obtenus "dans une période de vents contraires en ce qui concerne les taux de change, de crise économique et d'incertitude politique". Les ventes ont été particulièrement bonnes en 2002 aux Etats-Unis, au Canada et au Brésil, souligne le communiqué du groupe sans donner de précisions chiffrées. En revanche, le mauvais climat économique a pesé sur les résultats du groupe au Japon, au Mexique et en Argentine. En Europe, la progression des ventes s'est accélérée au cours du second semestre de l'année. "La France, le marché le plus important de Nestlé en Europe, a connu une progression deux fois plus forte qu'en 2001. Les ventes en Russie ont dépassé pour la première fois le milliard de francs suisses et le marché chinois a réalisé plus de 1,4 milliard de francs suisses", note le communiqué. En ce qui concerne l'année 2003, Nestlé estime qu'elle pourrait être "éprouvante", mais que le groupe est "bien placé pour obtenir les taux de croissance organique" les plus élevés du secteur. Nestlé veut donner la priorité à ses marges et à son cash-flow. "En 2003, nous allons privilégier l'amélioration des marges", a souligné Peter Brabeck. Il a par ailleurs indiqué que Nestlé procèderait à moins d'acquisitions que l'année précédente. Au total, et sous réserve d'événements imprévus d'importance majeure, le groupe "s'attend à poursuivre l'amélioration de ses résultats en 2003".A la Bourse de Zürich, le titre ne profite pas de ces propos encourageants. En fin de journée, il perd 1,68 %, à 263 francs suisses.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :