Clarins en hausse avant ses résultats

 |  | 397 mots
La cosmétique est à l'honneur ce jeudi. Après la publication ce matin du chiffre d'affaires trimestriel de L'Oréal (lire ci-contre), ce sera au tour de Clarins, après la clôture, de présenter ses résultats annuels. Et en attendant cet événement, le marché semble plutôt confiant. L'action gagne 2,47%, à 46,20 euros, en fin de journée. Un parcours dans lequel le discours optimiste tenu par L'Oréal un peu plus tôt n'est certainement pas pour rien.Mais si l'action monte, c'est aussi parce que les investisseurs attendent des chiffres satisfaisants de la part de Clarins. Après la bonne performance commerciale affichée au quatrième trimestre et qui lui a permis d'améliorer ses ventes annuelles de 6,1% à 922,6 millions d'euros, le groupe a déclaré attendre "une marge opérationnelle supérieure à ses prévisions". La fourchette de 7,2-8,2% devrait donc être dépassée, et les analystes attendent désormais un résultat d'exploitation situé entre 77 et 78,5 millions d'euros, corespondant à une marge de 8,35 à 8,5%.Le résultat net devrait quant à lui ressortir autour de 45 millions d'euros selon Reuters, traduisant une progression de 15,8%. Si le résultat net est attendu en hausse (grâce à un moindre taux d'imposition) il n'en est pas de même pour la marge opérationnelle, qui a atteint 9,2% en 2001. Les pertes du pôle couture et les coûts de marketing devraient avoir pesé en 2002.Mais les observateurs attendent des améliorations pour l'exercice qui a débuté. Comme annoncé en décembre, les résultats futurs devraient profiter de la prochaine cessation d'activité de Mugler Couture, dont les pertes sont estimées à 20 millions d'euros pour 2002. Ainsi, Aurel-Leven estime à 11,1% la marge opérationnelle qui pourrait être dégagée en 2003.Les analystes resteront tout même attentifs aux perspectives du groupe pour cette année. Car, si le groupe a souligné en février son ambition de réaliser une croissance de 5% de ses ventes de cosmétiques, le déclenchement de la guerre en Irak pourrait tout de même avoir un impact non négligeable sur son activité. Récemment citée par Reuters, Vanessa Laurence, analyste de Dexia Securities, estime "qu'avec 7% de ses ventes dans les duty free et 20% dans les Department Store américains, Clarins apparaît comme le groupe de cosmétiques le plus exposé à la détérioration conjoncturelle et géopolitique".

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :