Allianz demande 3,5 milliards d'euros au marché

 |  | 428 mots
Le géant allemand de l'assurance, Allianz, passe aux actes: comme il l'avait annoncé le 20 mars à l'occasion de la publication de pertes historiques de 1,2 milliard d'euros, le groupe de Munich lance une augmentation de capital massive.L'opération rendue publique mercredi matin par Allianz est destinée à lever "au moins 3,5 milliards d'euros", selon le communiqué publié par le groupe. Cette opération se placera au quatrième rang des augmentations de capital en Europe, derrière les 15 milliards d'euros de France Télécom, les 9,2 de BT et les 5 de KPN (lire ci-contre).L'assureur va proposer à ses actionnaires de souscrire 7 titres pour 15 déjà détenus. Les nouvelles actions ouvriront le droit au versement d'un dividende au titre de 2003. Le prix de souscription des titres proposés sera fixé et rendu public ultérieurement. Parallèlement, les détenteurs de droits de participation aux bénéfices se verront proposer des certificats supplémentaires, à un ratio de 7 pour 15. La période de souscription pour les nouvelles actions Allianz ainsi que pour les certificats de participation aux bénéfices devrait s'étendre du 15 au 29 avril, souligne l'assureur. Allianz avait annoncé le mois dernier son intention de renforcer considérablement ses fonds propres, et cela en deux temps. Première étape: une augmentation de capital de 3,5 à 4 milliards d'euros, qui est donc lancée aujourd'hui. Deuxième étape prévue: une émission obligataire, qui devrait porter sur environ 1,5 milliard. Soit au total un objectif de levée de fonds, annoncé en mars, de 5 à 5,5 milliards d'euros.Pourquoi de tels besoins d'argent frais? Tout simplement parce que Allianz a subi l'année dernière des pertes colossales de 1,2 milliard d'euros. Le groupe de Munich a été durement affecté, comme tous les grands assureurs, par la débâcle des marchés financiers. Au point qu'Allianz a dû passer 5,5 milliards d'euros de provisions pour la dépréciation de ses actifs. Deuxième phénomène, commun lui aussi à toute la profession: l'importance des sinistres exceptionnels (catastrophes naturelles et autres) et la montée de risques comme ceux de l'amiante, qui ont dû, là aussi, être provisionnés. Enfin, le groupe de Munich a également souffert des difficultés de sa filiale bancaire, la Dresdner Bank, qui lui a coûté 1,4 milliard d'euros l'année dernière.Avec ces levées de fonds, Allianz ambitionne de retrouver une notation AA dans la durée. Standard & Poor's a ramené le mois dernier sa note long terme de AA à AA -, avec perspective négative. Mercredi soir, l'action gagne 3,45%, à 59,38 euros, sur la Bourse allemande.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :