Après un bon 1er trimestre, Juniper veut maintenir le rythme

 |   |  340  mots
Juniper Networks a connu un regain de santé au premier trimestre 2003. Dans un secteur malmené depuis de long mois, l'équipementier pour réseau Internet est ainsi parvenu à dégager un résultat net de 3,7 millions de dollars, contre une perte de 46 millions un an auparavant.Plus significatif pour les analystes, le groupe a également réussi à améliorer son résultat hors exceptionnels. De 420.000 dollars l'an passé, il a grimpé à 6,3 millions de dollars sur les trois derniers mois. Un chiffre qui correspond à un bénéfice par action de 2 cents, là où le marché ne visait que 1 cent.Compensant la faiblesse de l'activité sur la zone Amériques, les ventes en Asie et en Europe ont permis à Juniper de réaliser un chiffre d'affaires de 157,2 millions de dollars (+30%). "L'Asie est un très bon marché, et en Asie, la Chine et le Japon représentent pour nous d'excellentes opportunités", a déclaré à Reuters le PDG Scott Kriens.Conforté par ce premier trimestre qu'il qualifie de "solide", celui-ci a en outre indiqué qu'il comptait bien maintenir le rythme sur les trois mois suivants. Après avoir été à l'équilibre au deuxième trimestre 2002, le BPA hors exceptionnels devrait donc ressortir à 2 cents. Une prévision qui là encore est deux fois plus élevée que celle du marché. Quant au chiffre d'affaires, l'accès de faiblesse subi par le groupe l'an passé - avec des ventes de 117 millions de dollars - ne devrait plus être qu'un mauvais souvenir. Restant toujours sur la tendance du premier trimestre, le PDG vise des revenus compris entre 157 et 160 millions de dollars.Les investisseurs ont bien entendu été ravis de ce sursaut. Vendredi, deux heures après l'ouverture de Wall Street, l'action gagne 7,13%, à 9,01 dollars. Toutefois, il est encore trop tôt pour parler d'un véritable rebond. Le patron de Juniper lui-même a indiqué que le climat géopolitique et économique actuel pourrait prolonger la période de convalescence du secteur. Et un analyste joint par Reuters prévoit toujours "un marché relativement plat".

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :