Axa se veut confiant pour 2003

 |  | 672 mots
Lecture 3 min.
Axa, le leader français de l'assurance, a annoncé jeudi matin un bénéfice net part du groupe en hausse de 82% en 2002 à 949 millions d'euros. Ce chiffre est un peu inférieur au consensus des analystes réalisé par Jacques Chahine Finance, dont la médiane s'établissait à 1,05 milliard d'euros. Compte tenu d'un "environnement très difficile", le groupe se félicite d'avoir "fait le choix d'améliorer notre performance opérationnelle". De fait, le résultat opérationnel d'Axa a progressé de 10% l'année dernière, à 1,68 milliard d'euros, contre 1,53 milliard en 2001. Le résultat courant a augmenté de 13% à 1,35 milliard. C'est la bonne tenue de l'activité Dommages qui explique la progression de l'opérationnel. Le résultat opérationnel de cette branche est en effet passé d'une perte de 42 millions d'euros en 2001 à un bénéfice de 226 millions. Une performance qui reflète l'amélioration du "ratio combiné", passé de 112,5% à 106,5%: le coût des sinistres par rapport au montant des primes encaisées s'est réduit "du fait de la diminution de la sinistralité en 2002, d'importantes augmentations tarifaires et d'une politique de souscription plus sélective", précise le groupe.L'activité Vie-Epargne-Retraite est demeurée stable sur l'exercice écoulé, avec un résultat opérationel en repli de 1%, à 1,64 milliard d'euros. Dans ce secteur clé pour Axa, les marges et les commissions perçues ont diminué, mais les mesures de réduction des dépenses ont permis de compenser ce repli.Deux autres grandes activités du groupe ont en revanche connu une fort mauvaise année 2002: la Gestion d'actifs a vu son résultat opérationnel chuter de 21%, à 258 millions l'année dernière. Affectée par la crise boursière internationale, cette activité a vu ses actifs sous gestion diminuer en moyenne de 8%. L'Assurance internationale, enfin a connu une année noire, avec une perte opérationnelle de 78 millions d'euros, contre un gain de 92 millions un an plus tôt. Une dégradation qui s'explique "principalement par l'activité réassurance", précise le groupe. Dans ce domaine, Axa a annoncé en janvier dernier sa décision de se retirer de la réassurance aux Etats-Unis.Au titre de l'année écoulée, Axa a passé 912 millions d'euros (614 millions en net) de dotations aux provisions pour dépréciation durable d'actifs, contre 995 millions d'euros (636 millions en net) en 2001. Axa estime que le total des plus-values latentes brutes sur actifs de placement s'élèvait à 7 milliards d'euros à fin 2002, "en baisse de 31% par rapport au 31 décembre 2001".En ce qui concerne 2003, Henri de Castries, président du directoire du groupe, a affirmé que "en s'appuyant sur les résultats obtenus en 2002, le groupe réaffirme son objectif de ratio combiné Dommages de 104% en 2003 et définit un nouvel objectif de 102% pour 2005, sous réserve de la non-survenance de sinistres majeurs". Axa réaffirme également "sa volonté de poursuivre la réduction des coûts et de se concentrer sur l'amélioration de la performance opérationnelle dans l'ensemble de ses métiers".Intervenant dans la journée à l'occasion d'une conférence de presse, Henri de Castries s'est affirmé "très confiants sur le fait que la productivité du groupe va continuer à s'améliorer de manière structurelle. Mais on ne va pas jouer à Mme Irma en donnant des informations précises sur les résultats dans un environnement qui reste incertain", a-t-il ajouté. "Le marché reste porteur et solide. La baisse des marchés financiers ne réduit pas les besoins de protection financière, au contraire", a-t-il ajouté, confiant. Dans ces résultats grosso modo conformes aux attentes, une mauvaise surprise toutefois pour les investisseurs: la décision du groupe de réduire sensiblement son dividende. Celui-ci va en effet être ramené de 0,56 à 0,34 euro par action. Une décision justifiée par la volonté de "ramener le taux de distribution à un niveau compris entre 40 et 50% du résultat courant", c'est à dire un "niveau pérenne". A la clôture, aidé par la reprise générale du marché, le titre Axa progresse de 6,71%, à 10,98 euros.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :